Pour la stabilite et le developpement de l’Afrique: Arracher le pouvoir de selectionner aux Pdts

Pour la stabilite et le developpement de l’Afrique: Arracher le pouvoir de selectionner aux Presidents
Infos RDCongo : Arracher le pouvoir de selectionner les agents de l’etat au chef d’etats Africains.
Lors de la décolonisation dans les années 60, les Etats africains ont accédé àl’indépendance dans des structures politiques de démocratie partisane etconflictuelle. Peu après les indépendances, cette forme de démocratie a étalé augrand jour ses insuffisances voire ses nuisances. Presque partout, on a assisté à undéveloppement des forces centrifuges qui mettaient en péril l’existence même dejeunes Etats. Des coups d’Etat ont eu lieu dans plusieurs pays. Au Benin, auBurundi, en Centrafrique, dans les deux Congo, au Tchad, au Togo, en Mauritanie,au Nigeria et au Rwanda, pour ne citer que ces Etats-là. Au nom de l’uniténationale et du développement, tous les pays africains sont passés de la démocratiemultipartite à l’autocratie, véhiculée par les partis uniques. Vers la fin des années 80, force était de constater que l’autocratie, à travers lemonopartisme, n’avait réussi à favoriser ni l’unité nationale ni le développement.Sous la pression occidentale et à la suite ou non de la formule de conférencenationale, les Etats africains ont retrouvé le chemin de la démocratie multipartite.Mais une fois de plus, la démocratisation fut une fête de courte durée. Conférencesnationales confuses ; partis politiques recoupant les rivalités ethniques ourégionales4; combats politiques au couteau ; campagnes électorales marquées par laviolence, scrutins verrouillés ou truqués ; légalité des gouvernements souventdouteuse ou autoproclamée ; non séparation des pouvoirs ; constitutions biaisées ;révisions constitutionnelles intempestives juste pour renforcer l’autocratie4; dérivesmonarchiques4; émeutes urbaines récurrentes4; graves troubles interethniques4;fréquents massacres massifs et systématiques impliquant les Etats eux-mêmes dontle génocide rwandais et la plus grande crise humaine depuis la Deuxième Guerremondiale, l’hécatombe congolaise (RDC), toujours en cours dans une indifférencegénéralisée, avec plus de cinq millions de victimes4; etc.
Lors de la décolonisation dans les années 60, les Etats africains ont accédé àl’indépendance dans des structures politiques de démocratie partisane etconflictuelle. Peu après les indépendances, cette forme de démocratie a étalé augrand jour ses insuffisances voire ses nuisances. Presque partout, on a assisté à undéveloppement des forces centrifuges qui mettaient en péril l’existence même dejeunes Etats. Des coups d’Etat ont eu lieu dans plusieurs pays. Au Benin, auBurundi, en Centrafrique, dans les deux Congo, au Tchad, au Togo, en Mauritanie,au Nigeria et au Rwanda, pour ne citer que ces Etats-là. Au nom de l’uniténationale et du développement, tous les pays africains sont passés de la démocratiemultipartite à l’autocratie, véhiculée par les partis uniques. Vers la fin des années 80, force était de constater que l’autocratie, à travers lemonopartisme, n’avait réussi à favoriser ni l’unité nationale ni le développement.Sous la pression occidentale et à la suite ou non de la formule de conférencenationale, les Etats africains ont retrouvé le chemin de la démocratie multipartite.Mais une fois de plus, la démocratisation fut une fête de courte durée. Conférencesnationales confuses ; partis politiques recoupant les rivalités ethniques ourégionales4; combats politiques au couteau ; campagnes électorales marquées par laviolence, scrutins verrouillés ou truqués ; légalité des gouvernements souventdouteuse ou autoproclamée ; non séparation des pouvoirs ; constitutions biaisées ;révisions constitutionnelles intempestives juste pour renforcer l’autocratie4; dérivesmonarchiques4; émeutes urbaines récurrentes4; graves troubles interethniques4;fréquents massacres massifs et systématiques impliquant les Etats eux-mêmes dontle génocide rwandais et la plus grande crise humaine depuis la Deuxième Guerremondiale, l’hécatombe congolaise (RDC), toujours en cours dans une indifférencegénéralisée, avec plus de cinq millions de victimes4;

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.