Nzombo le soir : Vote presidentielle au 2nd degre, reflection du FCC, Trop de risques moins de bons

ADVERTISEMENT

Les cadres du FCC militent pour l’élection du président de la République au second degré .
Deux raisons motivent leur point de vue:

Premièrement, éviter les contestations comme celles qui ont suivi la présidentielle de 2006 et 2011.

Et deuxièmement, cela réduirait les dépenses financières.
@Infos RDCongo Tele LAVDCongo

Pour l’nstant, c’est l’ancien Gouverneur du Kasaï Oriental et depute National Alphonse Ngoy Kasanj qui, a porté haut la réflexion des cadres du FCC visant à ramener au second degré l’élection du Président de la République pour le processus électoral de 2023 et éventuellement pour toujours.

Sur les ondes de la radio Okapi ce député nationale membre du FCC a indiqué que cela éviterait les contestations comme c’était le cas lors des élections précédentes, et ceci réduirait aussi les dépenses.

A l’UDPS, l’on ne veut même entendre parler de cette affaire. Pour le parti présidentiel, ‘’chercher à réviser la loi électorale aujourd’hui et évoquer des difficultés financières pour ne pas élire le Président de la République au suffrage universel direct n’est qu’un prétexte du FCC’’. Augustin Kabuya estime que leurs partenaires en coalition veulent tout tailler sur mesure pour plaire à leur autorité morale.

@Infos RDCongo Tele LAVDCongo

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.