Tchad : le mariage homosexuel est inacceptable, selon Idriss Déby

ADVERTISEMENT
Idriss Déby

Chaque pays à ses réalités, tout comme chaque continent a ses us et coutumes. Le Marechal Idriss Déby Itno s’est expliqué, sur sa conception de la « démocratie à l’africaine » en laquelle, il dit « croire » à l’opposé de celle à l’occidentale. Pour le chef de l’État du Tchad, le « mariage homosexuel », est inacceptable en Afrique.

« Vous avez en Europe le mariage des homosexuels. On vous dit de faire ça en Afrique. C’est une valeur négative. Ça n’existe pas en Afrique. Ce n’est pas du tout la démocratie, ni de la liberté », affirme Idriss Déby Itno, dans un entretien accordé à Afrique Media.

« Il y a des essences auxquelles je pense que l’être humain doit s’étonner. Dieu a créé l’homme et la femme. Nulle part ailleurs, dans aucune religion aussi, monothéiste, il parle de mariage des gens du même sexe. Ça ce sont des choses inacceptables en Afrique », ajoute le Maréchal du Tchad qui assure ne pas être un « béni-oui-oui ».

D’après le Président tchadien Idriss Déby Itno, « la démocratie dans notre continent doit obéir à un certain nombre de règles propres. N’importons pas ce qui n’est pas des nôtres et négatif. Mais prenons ce qui est positif. Je crois à la démocratie, mais à la démocratie africaine. Vous ne pouvez pas coller la démocratie africaine à la démocratie européenne. Nous n’avons pas la même culture, pas les mêmes us et coutumes. Nous avons la chance que jusqu’à aujourd’hui, l’Afrique a préservé les valeurs essentielles de la solidarité, la famille, la justice ».

En revanche, le Maréchal du Tchad est conscient que l’Afrique tente de corriger les us et coutumes, qui ne répondent plus à la réalité d’aujourd’hui. « Je ne dirais pas que l’ensemble de nos us et coutumes sont des valeurs positives. Il y a des valeurs négatives. Nous allons nous débarrasser de ces valeurs négatives : la place de la femme dans la société, la place aussi de la jeunesse dans la société. Il y en a tant d’autres. Ça ce sont des valeurs que nous devions corriger de notre manière, de la manière africaine, et faire en sorte qu’en particulier la femme apporte sa contribution totale, autant que l’homme, dans l’édification de la société. J’ai poussé le peuple tchadien dans ce sens-là », t-il ajouté.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.