Tanzanie : Tundu Lissu refuse d’accepter les résultats, Sharif arrêté

ADVERTISEMENT

Le principal candidat de l’opposition à la Présidentielle de la Tanzanie, Tundu Lissu, a déclaré qu’il n’accepterait pas le résultat des élections de mercredi en raison d’irrégularités de vote. « Ce qui s’est passé hier n’était pas une élection », a déclaré Tundu Lissu aux journalistes de la ville principale de Dar es Salaam.

Répondant aux critiques précédentes, la commission électorale a déclaré, mercredi, que les accusations n’étaient pas fondées. Tundu Lissu était l’un des 14 candidats contestant le Président John Magufuli dont le parti gouverne depuis des décennies.

Tundu Lissu

Admiré par certains pour son approche sans fioritures, le premier mandat de John Pombe Joseph Magufuli a été entaché d’allégations de groupes de défense des droits selon lesquelles il restreignait les libertés démocratiques. Une poignée de résultats ont été publiés jusqu’à présent, donnant à John Pombe Joseph Magufuli et à son parti CCM une forte avance.

Maalim Seif Sharif

En plus de participer aux élections tanzaniennes, les électeurs de l’archipel semi-autonome de Zanzibar élisaient également leur propre Président, et le candidat du CCM, Hussein Mwinyi, a été déclaré vainqueur avec 76% des voix. Son principal rival, Maalim Seif Sharif d’ACT-Wazalendo a obtenu 19%, sa plus grande défaite dans toutes les élections présidentielles auxquelles il a participé. Plus tôt dans la journée, Maalim Seif Sharif a été arrêté peu de temps après avoir déclaré que le scrutin avait été truqué et appelé pour des manifestations de masse.

Mercredi, le chef de la Commission électorale nationale a rejeté les allégations de fraude électorale. Semistocles Kaijage a déclaré que les allégations de faux bulletins de vote n’étaient pas fondées. Mardi et mercredi, les internautes ont signalé que WhatsApp et Twitter, entre autres applications téléphoniques, avaient été bloqués.

Le vote en lui-même était annoncé calme et pacifique alors que des informations faisant état de violences à Zanzibar, mardi, ont été avancées. « Ce n’était pas une élection selon les lois tanzaniennes et internationales. C’était juste une bande de personnes qui venaient de décider d’abuser de l’appareil d’État pour s’accrocher au pouvoir », a déclaré Lissu, le candidat du parti Chadema.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.