Rwanda : les réfugiés et les prisonniers, les grands oubliés dans la lutte contre le Covid-19 ?

ADVERTISEMENT

Au Rwanda, la pandémie du Coronavirus n’épargne aucune couche sociale, surtout les plus vulnérables, malgré l’effort du gouvernement. Après les centres de détention, ce sont  les camps de réfugiés qui sont touchés par le Coronavirus, où l’on a enregistré 27 nouveaux cas, ce week-end.

La situation devient de plus en plus préoccupante au Rwanda. Après l’enregistrement de 72 cas dans un centre de détention, situé dans la province de l’Est, en juin dernier, c’est au tour des camps de réfugiés de faire face à la pandémie à Coronavirus. Au courant de ce mois d’octobre, 53 cas confirmés ont été enregistrés dans ces camps. D’abord 26 cas enregistrés le 14 octobre dernier et 27 nouvelles infections, ce 23 octobre, dans le camp des réfugiés de Mahama, situé dans le district de Kirehe.

Ces nouvelles infections ont suscité des doutes dans ce pays, pourtant considéré comme « référence » dans la lutte contre la pandémie. Des sources sur place rapportent que ce regain de cas dans les camps de réfugiés serait dû à l’absence de mesures concrètes de protection de cette catégorie de population. « Les autorités concentrent leurs efforts dans les grands centres urbains, oubliant les réfugiés, les prisonniers et les détenus. Après l’annonce des premiers cas en mars, le gouvernement avait annoncé une série de mesures, dont la limitation d’entrée et de sortie dans les camps des réfugiés (…). Mais sur terrain, ces mesures ne sont pas appliquées », a déclaré un confrère rwandais, qui a requis l’anonymat.

En juin dernier, face aux cas confirmés dans le centre de détention, situé dans la province de l’Est, le Docteur Sabin Nsanzimana, Directeur général du Rwanda Biomedical Center(RBC) avait reconnu la difficulté liée notamment au respect de la distanciation physique dans les milieux à haut risque. « La pandémie se propage rapidement dans les conditions où les gens sont plus proches les uns des autres, en particulier dans les situations où il est difficile d’observer les mesures de distanciation physique, comme dans le centre de détention ».

Avec un total de 5 052 cas confirmés, dont 4 806 guérisons, 212 malades actifs et 34 décès, la pandémie est loin d’inquiéter Kigali. Après l’annonce des premiers cas, le régime Kagame a multiplié ses efforts, passant du test rapide à l’utilisation des robots et les portes de désinfection automatique en vue de limiter la propagation de la pandémie. Une approche technologique qui lui a valu les ovations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

« Le Rwanda a réagi rapidement au Covid-19, grâce à un leadership de haut niveau, une approche multisectorielle, de solides systèmes de surveillance des maladies dans le pays, l’utilisation de la technologie au service de la santé publique et l’engagement communautaire », avait déclaré le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.