Rwanda : des chiens renifleurs dans la riposte contre le Covid-19

Après l’utilisation des robots, des portes de désinfection automatique et l’installation des kits de lavage des mains, le Centre biomédical rwandais (RBC) a signé avec l’Allemagne, un protocole d’accord (MoU) sur l’utilisation des chiens détecteurs des personnes infectées par la pandémie du Coronavirus.

« Identification olfactive du Covid-19 à l’aide des chiens », telle est la nouvelle approche dans la lutte contre la pandémie au Rwanda. Le Centre biomédical rwandais (RBC), a signé avec le gouvernement Allemand, le protocole d’accord de sa mise en œuvre, ce 23 novembre, à Kigali.

Les chiens renifleurs, un coup de pouce dans la riposte

Sans avoir donné d’amples détails, le Dr Sabin Nsanzimana, Directeur du Centre biomédical rwandais (RBC), précise que l’utilisation des chiens renifleurs vise à identifier les cas positifs et suppléer à d’autres innovations intégrées dans la riposte. « Ce projet accélèrera nos capacités de test, en particulier dans les lieux publics où des tests de masse seront nécessaires ». Ajoutant que son utilisation « débute au mois de décembre 2020 ».

De son côté, le Dr Thomas Kurz, Ambassadeur d’Allemagne au Rwanda, se réjouit de ce partenariat. « Nous sommes heureux de mener ce combat ensemble contre le Covid-19 », a-t-il dit.

Avec cette nouvelle approche, le Rwanda s’inspire du Liban et de la Finlande, qui ont intégré l’utilisation de ces chiens dans la riposte contre cette pandémie. Dans la foulée, des sources proches du Centre biomédical rwandais rapportent que les agents de la riposte se déplaceront avec ces chiens renifleurs, dans les endroits publics, pour détecter les cas positifs, pendant cette période de relance des activités commerciales, d’ouverture des aéroports et du risque d’une deuxième vague des cas de la pandémie dans ce pays.

Pour rappel, avec un cumul de 5 665 cas positifs et 47 cas de décès, en date du 22 novembre, le Rwanda ne cesse de multiplier les efforts dans la lutte contre cette maladie. En août dernier, le Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus avait salué l’engagement de Kigali dans la lutte contre cette maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.