Rebo Tchulo : carrière surprenante, influences, tendances… Ce qu’il faut savoir de la star congolaise

ADVERTISEMENT

Rebo Tchulo est l’une des rares filles qui se frayent un chemin dans le paysage musical congolais, dominé par les hommes. Très connue pour son vocal « Mbote han », ses tubes dansants, ses clashs et son rapprochement avec Innoss’B, la jeune artiste fait parler d’elle.

Depuis peu, la chanteuse Rebo Tchulo est au centre de l’attention de plus d’un mélomane. Considérée comme la nouvelle « étoile montante » de la musique congolaise, elle s’appuie sur son réseau d’artistes, sa beauté physique, son talent de danseuse, et sa voix pour conquérir le paysage musical congolais, dominé par les hommes.

Un début plutôt réussi mais…

Née et grandi à Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo, Rebo Tshulo a connu une enfance marquée par la précarité socio-économique. Très jeune, elle se lance dans la musique « religieuse », interprétant ainsi des chansons dans une église protestante de la place. Selon plusieurs sources, après avoir été interpelée à maintes reprise sur son habillement pas assez « commode » pour une chrétienne, en 2015, la jeune artiste se fait virer de l’église. Ainsi, elle se tourne vers la musique dite « mondaine » et rêve grand.

Une carrière surprenante

De la musique « religieuse » à la musique dite « mondaine », Rebo Tshulo emballe tout le monde et apporte du baume aux cœurs de nombreux mélomanes. Profitant de sa voix et sa beauté naturelle, celle que le public appelle parfois « Ni Nani » sait accrocher son auditoire. « Elle veut conquérir la musique congolaise, s’exclame le chroniqueur David Temba, ajoutant que Rebo sait identifier ses atouts : sa beauté physique, sa voix limpide constituent le talent de la danseuse et son vaste réseau d’artistes ».

Rencontre avec Ferre Gola

Pendant ses « premiers pas » dans la musique, la jeune chanteuse collabore avec ses pairs artistes « anonymes ». D’interprétation en interprétation, Rebo Tchulo enregistre des tubes, qui, par manque de promotion, ne feront pas écho dans la sphère musicale congolaise. Très courageuse, la jeune chanteuse n’a pas baissé les bras. En 2017, elle rencontre Ferre Gola, l’un des meilleurs musiciens et producteurs congolais. C’était donc le début d’une collaboration passionnante entre les deux artistes. Et Rebo, sait saisir les opportunités.

Très vite, elle s’adapte à l’univers de son producteur et sort son premier single, « Cœur fragile ». Cet opus ne passe pas inaperçu, mais ne fait pas tout de même le buzz. Peu à peu, la chanteuse imprime ses marques et lance son deuxième single « Ni nani ». S’appuyant sur son entourage, elle sort deux autres singles, dont « Biloko » et récemment « Mbote ». Propulsée par ces deux tubes, la chanteuse s’attire l’attention des mélomanes et se rapproche de la cour des grands.

Réseaux sociaux

Celle que le public surnomme également « Mbote han » est l’une des musiciennes congolaises les plus suivies sur la Toile : par 15 mille personnes sur Instagramm et par plus de 18 mille sur YouTube. Par ailleurs, loin de ses nombreux buzz et ses clashs avec d’autres artistes, Tchulo doit également son ascension à la star congolaise, Innoss’B, avec qui elle entretient une relation « amicale », selon ses proches.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.