RDC : ce qu’il faut retenir du discours de Félix Tshisekedi

Le Président de la RDC, Félix Tshisekedi

Après la clôture des consultations nationales, le chef de l’Etat congolais, Félix Tshisekedi annonce la nomination d’un informateur pour identifier la nouvelle majorité parlementaire au sein de l’Assemblée nationale et menace de dissoudre l’Assemblée nationale, en cas de persistance de la crise politique. C’est dans son tant attendu discours, prononcé ce 6 décembre, qu’il vient de faire ces annonces qui mettent de facto fin à la coalition en place.  

Le discours du Président congolais annonce une nouvelle heure après la crise politique entre sa coalition, le Cap pour le Changement (CACH) et le Front commun pour le Congo(FCC) de Joseph Kabila. Dans ce speech prononcé, dans la soirée de ce dimanche 6 décembre, Félix Tshisekedi décide de nommer un informateur pour identifier la nouvelle majorité parlementaire au sein de l’Assemblée nationale.« J’ai décidé de nommer un informateur, conformément aux dispositions de l’article 78, alinéa 2, de la Constitution. Il sera chargé d’identifier une nouvelle coalition réunissant la majorité absolue des membres au sein de l’Assemblée Nationale ».

Une décision qui vient mettre fin à la coalition entre son camp et celui de son prédécesseur, Joseph Kabila. « C’est avec cette nouvelle coalition que le Gouvernement qui sera mis en place au plus vite, conduira son action durant le reste du quinquennat, suivant ma vision, dans le but de répondre aux aspirations du peuple ».

Vers la dissolution de l’Assemblée Nationale

En cas de blocage à  la démarche, consistant à l’identification d’un informateur, Félix Tshisekedi menace de dissoudre l’Assemblée nationale. « Au cas contraire, fort de ce que les raisons de dissolution sont réunies en ce qu’il existe effectivement une crise persistante cristallisée notamment par le refus du Parlement de soutenir certaines initiatives du Gouvernement, comme ce fut le cas lors de la prestation du serment des membres de la Cour constitutionnelle, j’userai des prérogatives constitutionnelles qui me sont reconnues, pour revenir vers vous, peuple souverain, et vous demander une majorité ».

Notons que cette communication de Félix Tshisekedi, relative avec la dissolution du bureau l’Assemblée nationale, coïncide avec le dépôt d’une pétition signée par plus de 200 parlementaires, visant la déchéance de ce bureau dirigé par Jeanine Mabunda. Nos sources sur place indiquent que les signataires de ce document reprochent au bureau de l’Assemblée nationale, « l’opacité dans la gestion financière » de cette institution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.