Ouganda : raid militaire dans la maison de Bobi Wine

Bobi Wine entre les mains de la police ougandaise

Le candidat à la Présidentielle ougandaise, Robert Kyagulanyi alias « Bobi Wine », a été contraint, ce mardi, de mettre fin hâtivement à son entretien avec une station de radio locale, « Hot 96 », après que l’armée ait fait une descente à son domicile à Kampala.

La route qui mène au pouvoir en Ouganda est parsemée d’embuches pour le jeune candidat Robert Kyagulanyi, 38 ans, qui est devenu le trouble sommeil du Président sortant, Yoweri Katuga Museveni (76 ans). La pop star est considérée comme le véritable challenger du Président sortant, qui est à la tête du pays depuis 1986. Ce qui fait qu’il subit toutes sortes de répressions militaires, depuis le début de la campagne électorale. Bobi Wine a d’ailleurs été contraint, ce mardi 12 janvier, de mettre fin hâtivement à son entretien avec une station de radio locale, « Hot 96 », après que l’armée a fait une descente à son domicile, à Kampala.

Robert Kyagulanyi alias « Bobi Wine » a clairement dénoncé la manière dont l’armée avait utilisé une force excessive contre les membres de son parti. « Je suis désolé, en ce moment même, au moment où nous parlons en direct, nous sommes attaqués par les militaires. Je dois mettre fin à l’entretien, car il n’est pas exclu que des soldats s’en prennent à mes gardes de sécurité. Je dois descendre pour veiller », a déclaré Bobi Wine au cours de l’émission.

Le chef de l’opposition s’est tourné vers les réseaux sociaux pour exprimer sa frustration et condamner l’acte. « Bobi Wine, candidat à la Présidence de l’opposition ougandaise, déclare que l’armée a fait une descente à son domicile ; Facebook ferme les comptes de personnalités ougandaises de premier plan ; L’élection présidentielle ougandaise oppose Museveni à un chanteur populaire ; L’Ouganda et l’Afrique de l’Est réclament des élections sans violences », a-t-il écrit.

« L’armée a attaqué ce matin mon domicile, arrêté tous mes gardes de sécurité et toute personne qu’ils ont pu voir autour de mes locaux. Aucune raison de l’arrestation n’a été donnée. De tels actes d’impunité sont tous des coups de pied d’un cheval mourant », a-t-il posté sur Twitter.

En outre, Bobi Wine a accusé le régime du Président Yoweri Museveni d’arrêter toute son équipe de campagne et d’avoir mené des attaques militaires similaires dans les maisons de membres de son camp. « General Museveni doit dire au monde entier ce qu’il a l’intention de faire, lors de cette élection en arrêtant toute mon équipe de campagne, mes assistants et partisans. Hier soir (lundi), les militaires ont de nouveau arrêté tant d’amis et de camarades; deux jours avant les élections », a-t-il dit.

Le leader de National Unity Platform (NUP), Bobi Wine, fait partie des 10 candidats qui défient le Président Yoweri Museveni, lors de l’élection présidentielle de ce jeudi 14 janvier 2021. La pop star incarne désormais l’avenir de l’Ouganda.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.