Ouganda : l’ONU dénonce la répression contre l’opposition pendant la campagne électorale

Manifestation en Ouganda

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH) se dit préoccupé par la pression que le gouvernement ougandais exerce sur l’opposition, pendant cette période de campagne électorale. Lors d’un point de presse tenu, ce 8 janvier, cette organisation exhorte Kampala au respect des droits de l’Homme à l’approche du scrutin électoral.

Pour Madame Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut-Commissariat, avant le scrutin parlementaire du 14 janvier, le pouvoir en place a multiplié des répressions visant les défenseurs des droits de l’Homme et certaines figures de l’opposition, dont Robert Kagulanyi, et Patrick Oboi Amuriat. « Le harcèlement, les mauvais traitements, les arrestations et les détentions arbitraires des candidats et des partisans de l’opposition ont constitué une évolution inquiétante pendant la campagne électorale », a-t-elle dit.

Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH), le régime Museveni a profité de la présence de la pandémie pour restreindre la liberté d’expression, par l’interdiction des manifestations et des meetings. « Ces développements font craindre que les mesures anti Covid-19 soient utilisées comme motif pour restreindre les libertés publiques et la participation politique pendant le processus électoral. Nous avons observé que les restrictions dues au Covid-19 avaient progressivement été mises en œuvre de façon plus stricte pour réduire les activités de la campagne électorale de l’opposition d’une façon discriminatoire », note Mme Shamdasani.

Par ailleurs, elle fait savoir que ces mesures ont entrainé « des violences, des arrestations et des détentions arbitraires et, dans certains cas, des rapports de torture et de mauvais traitements par les forces de sécurité ».

Exhortation pour un scrutin libre, apaisé et transparent

Pour faciliter la tenue des élections libres, apaisées et transparente, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH) appelle les autorités ougandaises au respect des droits de l’Homme et l’organisation d’un « processus électoral libre et pacifique qui garantisse le droit du peuple ougandais à participer aux affaires publiques de son pays, notamment en prenant des mesures pour prévenir les cas de violence électorale », a-t-elle renchéri.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.