Ouganda : Bobi Wine accuse la police d’avoir retiré ses affiches

ADVERTISEMENT

Les élections générales auront lieu en février 2021, en Ouganda, pour élire le président et l’Assemblée nationale. À quelques mois de cette date, la tension monte crescendo entre les partisans des différents candidats. Le parti National Unity Platform (NUP) a accusé la police d’avoir retiré, à certains endroits, des affiches de campagne de l’aspirant présidentiel Robert Kyagulanyi alias « Bobi Wine » et d’avoir supervisé l’accrochage de celles du Président Museveni.

Le secrétaire général du NUP, David Lewis Rubongoya, a demandé, hier mardi, à la Commission électorale de prendre des mesures contre les allégations de vandalisme policier et d’implication dans une politique partisane contraire à la Constitution. « La Commission électorale est censé être un organisme indépendant. Nous leur demandons donc de venir nous dire pourquoi la police continue de faire toutes ces choses pendant un processus électoral. Nous avons besoin d’une explication sur tous ces incidents », a déclaré Rubongoya.

Il a fait ces remarques alors que les dirigeants du NUP lançaient l’affiche de campagne du candidat à la Présidentielle de leur parti, Robert Kyagulanyi, à Kampala. La semaine dernière, le NUP a présenté des photos de la police supervisant l’accrochage des affiches de Museveni à Kireka, dans le district de Wakiso, tandis que d’autres affiches montraient des portraits de la Force en train de démonter Bobi Wine et de les jeter dans une camionnette pour les emporter.

« Les mêmes forces de police ougandaises, qui gardent les agents du NRM installant les affiches de Museveni, descendent mes affiches et banderoles sans citer aucune section de la loi. Et si vraiment les gens aiment le Président Museveni, comme il l’a toujours affirmé, alors pourquoi utiliser la police pour garder ceux qui manifestent leur soutien à l’homme le plus aimé du pays ? », a déclaré Bobi Wine, dans l’un de ses messages sur les réseaux sociaux.

En réponse aux accusations, le porte-parole de la police, Fred Enanga, a déclaré qu’ils n’avaient fait cela qu’une seule fois, à Mini Price, dans le centre-ville pour réprimer une bagarre imminente entre les partisans du NUP et du NRM. « Nous n’avons choisi les affiches que parce que ces gens allaient se battre et c’était une fois. Si quelqu’un a une nouvelle photo ou une nouvelle vidéo, il doit me la présenter pour que je puisse suivre », a indiqué Enanga.

Le porte-parole de la Commission électorale (CE), Paul Bukenya, a déclaré qu’ils suivaient l’affaire avec la police. « Nous avons dit que ces élections seront soutenues par des affiches, des dépliants et des banderoles, entre autres plateformes médiatiques. Si la police et la sécurité les enlèvent, alors ce n’est pas juste. Nous devons les impliquer, ainsi que toutes les autres parties prenantes, sur quoi et comment utiliser les affiches », a-t-il déclaré.

« Nous conseillons également aux candidats de demander l’autorisation des propriétaires d’immeubles [où ils accrochent leurs affiches] et d’éviter d’épingler des affiches au milieu de la route. Lorsque ces réglementations ne sont pas respectées, la police peut passer à l’action », a ajouté Bukenya.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.