Nigeria : Boko Haram revendique le massacre des agriculteurs

Boko Haram

Le groupe terroriste Boko Haram a revendiqué la responsabilité de l’effroyable massacre brutal des agriculteurs, dans le Nord-est du Nigeria, au cours du week-end dernier, alors que le nombre de morts est passé à 76. La sombre recherche de corps se poursuit après que des hommes armés à motos ont attaqué, samedi, la région de Maiduguri, la capitale de l’État de Borno.

On ne savait pas au départ quelle faction de Boko Haram était derrière l’attentat meurtrier, mais le principal groupe fidèle au chef ténébreux Abubakar Shekau a déclaré, dans une vidéo, qu’il était « responsable de ce qui s’est passé autour de Maiduguri ces derniers jours… en particulier à Zabarmari ». Le commissaire à l’information de l’État de Borno, Babakura Abba Jatau, a quant à lui déclaré que le nombre de morts était passé de 70 à 76. « 43 corps ont été enterrés dimanche et 33 autres ont été enterrés lundi », a-t-il déclaré.

Les habitants du village de Zabarmari où les victimes ont été enterrées, ont déclaré que de nombreux autres corps pourraient être dispersés dans les rizières marécageuses. Les Nations Unies ont indiqué que 110 civils avaient été tués, mais ont par la suite réduit ce chiffre à « des dizaines » de victimes, admettant que son bilan initial n’était « pas confirmé ». La saignée s’est concentrée sur le village de Koshobe, où des combattants de Boko Haram ont ligoté des ouvriers agricoles et leur ont tranché la gorge.

La vidéo de Boko Haram (l’éducation occidentale est un péché, ndlr), semble confirmer les informations selon lesquelles l’attaque a été menée pour se venger des villageois pour avoir saisi les combattants du groupe et les avoir remis aux autorités. « Vous pensiez appréhender nos frères et les remettre aux militaires et vivre en paix ? », a déclaré un terroriste dans la vidéo, pour expliquer que leur acte était mené en guise de représailles.

Au moins 36 000 personnes ont été tuées et deux millions déplacées depuis que Boko Haram a lancé son insurrection terroriste dans le Nord-est du Nigeria en 2009. En 2016, le groupe s’est scindé en deux, la principale faction dirigée par Abubakar Shekau et la Province d’Afrique de l’Ouest (ISWAP) affiliée à l’État islamique. Il est imputé aux deux groupes d’avoir multiplié les attaques contre les civils qu’ils accusent d’espionnage au profit de l’armée et les milices progouvernementales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.