Nigeria : 110 morts dans les attaques de Koshobe

Au moins 110 personnes ont été tuées dans le village de Koshobe, dans l’État de Borno, au Nigeria, samedi. Depuis 2008, le nord-est du pays est en proie à une insurrection terroriste de Boko Haram et de sa faction rivale, le Groupe État Islamique en Afrique de l’Ouest, pour un contrôle du territoire.

L’attaque, qui s’est produite dans une rizière située à moins de 10 kilomètres de Maiduguri, capitale du Borno, épicentre de l’insurrection terroriste, s’est déroulée le jour des élections locales dans l’État, le premier scrutin organisé depuis le début de l’insurrection de Boko Haram en 2009. Depuis cette date, on dénombre plus de 36 000 tués et plus de deux millions de personnes ont dû fuir leur foyer.

« Nous allons assurer un plus grand recrutement de miliciens et un plus grand nombre de chasseurs pour que notre peuple mène le combat dans tous les coins et les recoins de la région », a déclaré Babagana Umara Zulum, gouverneur de l’État de Borno.

Des terroristes ont ligoté et égorgé des agriculteurs qui travaillaient dans des rizières non loin de Koshobe. « Depuis que nous avons commencé ce travail, nous n’avons pas eu beaucoup de défis, mais cette fois-ci, c’est la plus grande calamité qui ne nous est jamais arrivée. Voici 43 cadavres qui ont été enterrés et vous l’avez vu de vos yeux. Jusqu’à présent, certains corps n’ont pas encore été retrouvés dans la brousse, c’est une situation effrayante », avance Abubakar Maina, président de l’Association des riziculteurs

Le Président du Nigeria, Muhammadu Buhari, pour sa part, a « condamné », samedi soir, « le meurtre, par des terroristes, de ces agriculteurs dévoués à leur travail », dans un communiqué. « Le pays entier est blessé par ces assassinats insensés », a-t-il ajouté.

En revanche, le communiqué de l’ONU ne mentionne pas le groupe terroriste Boko Haram, ni sa faction dissidente le groupe État Islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap), qui multiplient les violences dans cette région et contrôlent une partie du territoire nigérian.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.