Museveni prévient les « perturbateurs » lors des élections

Yoweri Museveni

Le Président sortant ougandais, Yoweri Katuga Museveni, a promis de s’occuper de quiconque tenterait de perturber les élections de janvier 2021, affirmant que la paix était ce pour quoi lui et ses collègues de l’Armée de résistance nationale (NRA) sont allés se battre, dans les années 1980.

« Les élections seront pacifiques parce que c’est pour cela que nous nous sommes battus. Personne ne perturbera nos élections. J’ai vu des gens, y compris des étrangers pour divertir, mais je peux vous assurer que nous aurons des élections pacifiques. Quiconque se met sur la voie de déranger une élection pacifique y fera face. Ils se trompent », a déclaré Yoweri Museveni, 76 ans, candidat du Mouvement de résistance nationale (NRM).

Le Président sortant Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, a également accusé des étrangers de travailler avec des personnes qu’il décrit comme des opportunistes locaux fournissant de la « marijuana » et de l’argent aux enfants des rues, en Ouganda, pour semer le chaos.

« C’est en partie une erreur de ces cadres du NRM parce qu’ils n’étaient pas en contact avec ces enfants des rues, mais nous leur avions dit de le faire. Les gens du NRM commettent leurs propres erreurs de paresse et d’égoïsme… mais ils ne sont pas perturbateurs comme l’opposition. Heureusement, nous sommes maintenant en contact avec eux (enfants des rues) », a-t-il indiqué.

« Quand j’ai amené des personnages comme Full Figure et Buchaman, j’ai été attaqué par les structures NRM. Ils se sont demandé pourquoi je traitais avec eux, mais je leur ai dit que c’était parce qu’ils ne les contactaient pas (les enfants des rues) », a ajouté Museveni, qui cherche à étendre son règne à la quatrième décennie.

Yoweri Museveni et Bobi Wine

Yoweri Museveni a aussi déclaré qu’il ne tolérerait plus de scènes de violence dans les rues de Kampala après les émeutes du mois dernier qui ont fait plus de 50 morts et des dizaines de blessés, lorsque les agents de sécurité ont ouvert le feu pour contenir la situation. Il a aussi accusé la commission électorale dirigée par le juge Simon Byabakama de ne rien faire car le candidat présidentiel de l’Unité nationale (NUP), Robert Kyagulanyi alias « Bobi Wine », enfreint les directives électorales et les mesures sanitaires liées à la pandémie de Covid-19.

« Je ne sais pas pourquoi la Commission électorale de justice Byabakama et la police devraient permettre à toutes ces absurdités de continuer. Je ne suis pas satisfait de la CE », a ajouté Museveni. Cependant, les remarques de M. Museveni sont intervenues quelques heures à peine après que M. Byabakama ait convoqué M. Kyagulanyi et Patrick Amuriat du FDC pour violation persistante présumée des directives électorales et des procédures opérationnelles standard pour contrôler la propagation du Coronavirus.

Les deux candidats à l’élection présidentielle sont tenus de se présenter devant la CE, lundi 14 décembre 2020 à 09 heures GMT, pour se défendre leur programme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.