Maroc : un « proche » de Moulay Hassan et Mohammed VI suspendu pour dopage

Le roi du Maroc, Mohammed VI et le prince héritier, Moulay El Hassan

Au Maroc, une fréquentation du roi Mohammed VI et du prince héritier, Moulay El Hassan, a été suspendu pour dopage. L’homme en question évoluait dans la haute compétition. De qui s’agit-il ?

Le champion mondial de boxe Abu Bakr Azaitar a été suspendu pour 7 mois pour avoir violé la politique antidopage de l’Ultimate fighting Championship (UFC). L’agence américaine antidopage (USADA) a annoncé, ce mardi, que l’aîné des Azaitar aurait accepté sa sanction. Un coup dur pour le Lion de l’Atlas, mais qui va certainement revenir plus en forme. Le boxeur de 34 ans a été « testé positif pour le tamoxifène et/ou le métabolite du tamoxifène 3-hydroxy-4-méthoxy-tamoxifène à la suite d’échantillons d’urine prélevés le 25 août 2020, le 4 septembre 2020, le 9 septembre 2020 et le 17 septembre 2020 », explique l’agence américaine antidopage, dans un communiqué.

Abu Bakr Azaitar s’est défendu en présentant des preuves « y compris des dossiers médicaux » comme quoi un médecin « lui avait prescrit du tamoxifène pour traiter des symptômes ». Mais, l’agence américaine a considéré que le combattant ne disposait pas d’une autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) valide. La période d’inadmissibilité commence le 25 août 2020, soit la date où le premier échantillon a été collecté. Cependant, Abu Bakr Azaitar a bénéficié d’une réduction de la période d’inéligibilité « en fonction des circonstances spécifiques de son cas et de sa coopération pleine et entière ». Le Lion de l’Atlas prend son mal en patience et compte rebondir dès qu’il sera à nouveau admissible à combattre.

« Nés à Cologne, Abu Bakr et Omar ont un casier judiciaire chargé »

Le nom Azaitar avait beaucoup circulé au royaume, ces dernière années, notamment fin décembre 2019, au plus haut de la séparation entre le roi Mohammed VI et la princesse Lalla Salma. En effet, des informations données par Orient XXI, indiquaient le roi Mohammed VI du Maroc et son fils, Moulay El Hassan, fréquentaient les frères Azaitar, présentés comme étant « des professionnels des arts martiaux mixtes… Ils ont un troisième frère, Omar, qui est leur manager, mais qui s’est aussi lancé récemment dans les affaires au Maroc ».

Les frères Azaitar et le roi Mohammed VI

Le journal, qui évoquait une dépêche de la MAP, l’agence de presse officielle marocaine, précisait que les trois frère Azaitar « ont franchi les portes du palais royal de Rabat le 20 avril 2018, alors que le roi Mohammed VI les recevait pour célébrer la victoire d’Ottman au championnat du monde de la Brave Combat Federation et l’entrée d’Abu Bakr dans l’Ultimate Fighting Championship (UFC) », précisant que l’audience a eu lieu juste un mois après que l’hebdomadaire espagnol HOLA ait annoncé le divorce entre le roi et Lalla Salma.

Le journal Orient XXI révélait que les deux des frères, Abu Bakr et Omar, « nés à Cologne au sein d’une famille d’immigrés marocains », ont un casier judiciaire chargé. « En juillet 2018, le journaliste canadien Karim Zidan, rédacteur en chef adjoint de la publication sportive Bloodyelbow, relatait : alors qu’ils étaient encore mineurs, « en novembre 2003 (…) Abu Azaitar et son frère Omar, comparurent devant un tribunal » à Cologne où « le premier fut accusé d’avoir infligé de graves lésions corporelles et le second de vol (…) ».

« Abou Azaitar, alors âgé de 17 ans (…), avait été inculpé pour avoir brutalement attaqué un homme d’affaires, menacé de le tuer en l’aspergeant d’essence et volé sa Ferrari. Il a été condamné en juin 2004 à deux ans et trois mois d’emprisonnement. Son frère Omar écopa, lui, de 20 mois avec sursis ». Abu Azaitar, relève Bloodyelbow, purgea sa peine et fut libéré en 2006, mais ses problèmes avec la justice n’étaient pas pour autant finis.

« Accusés d’avoir participé à une bagarre dans un gymnase d’arts martiaux »

L’année de sa sortie de prison, lui et à nouveau son frère Omar, « ont été accusés d’avoir participé à une bagarre dans un gymnase d’arts martiaux, où ils ont violemment battu un homme jusqu’à lui casser le nez ». Abu Azaitar, révèle le quotidien Kölniche Rundschau, a également été poursuivi pour avoir agressé, un an auparavant, sa petite amie sur un marché de Noël en la frappant à plusieurs reprises jusqu’à ce que son tympan éclate.

Bref, aujourd’hui, écrit Orient XXI, « les frères Azaitar, et plus spécialement Abu Bakr, sont devenus des inséparables du roi » Mohammed VI. « Quand cette amitié a commencé à germer, le Palais a même autorisé la diffusion officieuse de photos où Mohammed VI posait souriant avec le trio de sportifs lors d’un iftar (dîner de rupture du jeune pendant le ramadan), auquel il les avait invités, sur un canapé ou devant le dessin mural de ce qui semble être un robot ».

« Le souverain a passé le premier week-end de juillet avec Abu Azaitar à Tanger, selon plusieurs journaux. On les a vus se promener en voiture décapotable, dîner sur un voilier à Marina Bay et inspecter ensemble le palais Moulay El-Mehdi pour le convertir en un club sportif royal dont la gestion devait être confiée à la famille Azaitar (…). Les trois frères Azaitar ont également voyagé avec le monarque. D’abord sur le yacht Al Lusial que l’émir du Qatar Tamin Ben Hamad Al-Thani, a mis à la disposition de Mohammed VI début août 2018, pour qu’il navigue en Méditerranée occidentale ».

« Depuis maintenant un an le Palais est plus discret et n’autorise pas les Azaitar à mettre en ligne leurs photos avec le roi, mais ils sont toujours là, sauf quand ils partent en compétition à l’étranger. Les matchs victorieux d’Abu Azaitar se terminent par des louanges et des remerciements à Mohammed VI, proférés depuis le ring, pour le soutien qu’il lui apporte. Les trois frères ont par ailleurs été vus, et même photographiés à la sauvette, l’été 2019 à la résidence royale de M’diq, près de Tétouan. Ils étaient aussi en première ligne le 14 juillet, lors de l’inauguration du Badis 1, le nouveau voilier de Mohammed VI », relevait, fin décembre 2019, Orient XXI. Et c’est l’un d’eux,Abu Bakr notamment, qui a été suspendu pour dopage.

A lire : Maroc : Mohammed VI, Moulay Hassan et leurs étranges fréquentations en l’absence de Lalla Salma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.