Maroc : que faisait Lalla Salma à Rabat ?

ADVERTISEMENT
La princesse Lalla Salma née Bennani

La princesse du Maroc, Lalla Salma née Bennani, a été aperçue à Rabat, alors qu’elle était portée disparue depuis fort longtemps. Que faisait la mère du prince héritier Moulay El Hassan dans la capitale du royaume ?

La question mérite d’être posée, d’autant que cela faisait plusieurs mois qu’aucune nouvelle de celle qui est annoncée comme étant l’ex-épouse du souverain, n’a été donnée. La mère de la princesse Lalla Khadija, qui n’est plus apparue en public, depuis plus de trois ans, fréquenterait un lieu de la capitale de ce pays d’Afrique du Nord, depuis quelques jours.

Lalla Salma, image qui daterait du 11 avril 2019

Selon le journal Alayam24, qui a donné l’information, Lalla Salma a repris, depuis quelques jours, le chemin du siège de la Fondation qui porte son nom et qui a pour objectif la lutte contre le cancer. Créée en 2005, l’ONG s’est donné pour objectif d’améliorer la prise en charge des patients et d’encourager les actions de prévention.

Le journal Bladi, pour sa part, rappelle que c’est en 2019 que Lalla Salma était attendue à Laâyoune pour l’inauguration de ce nouveau centre régional d’oncologie. La princesse ne sera pas au rendez-vous. Finalement, la cérémonie de lancement a, toujours selon ce journal, été donné au mois d’avril dernier par le Wali de Laâyoune. Ajoutant que la princesse aurait prévu d’y retourner pour y effectuer une visite très prochainement.

En rappel, Bladi détaille que le Conseil d’administration de la Fondation Lalla Salma est composé de plusieurs personnalités du monde politique et médical du royaume chérifien, dont l’ex-Secrétaire d’État Latifa El Abida qui occupe les fonctions de Secrétaire général. La Trésorerie de la Fondation, quant à elle, est confiée au ministre marocain de l’Industrie, Moulay Hafid El Alamy.

Cette sortie annoncée de Lalla Salma a lieu alors que le son fils par ailleurs prince héritier, Moulay El Hassan notamment, après avoir décroché un baccalauréat « option internationale » en Sciences économiques et sociales, avec la mention « très bien », doit débuter ses cours à l’Université Mohammed VI Polytechnique, une institution fondée en 2017 par l’Office Chérifien des Phosphates.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.