Maroc : pourquoi Moulay Hassan est moins chanceux que Mohammed VI

ADVERTISEMENT
Le prince héritier Moulay El Hassan

Le roi Mohammed VI du Maroc, le vingt-troisième monarque de la dynastie alaouite, est de loin plus chanceux que son fils par ailleurs héritier, Moulay El Hassan. Pourquoi donc ?

Le troisième monarque à porter le titre de roi du Maroc, le roi Mohammed VI notamment, semble de loin plus chanceux que son fils, Moulay El Hassan. Ce dernier a, en effet, vu son champ d’action se restreindre, au moment même où il est au beau milieu de la phase d’accélération de sa formation visant à faire de lui le remplaçant de son père.

Mohammed VI a eu le privilège de faire une partie de ses études en Europe, où, le 29 octobre 1993, il obtient, à l’université de Nice Sophia-Antipolis en France, le titre de docteur en droit avec la mention « très honorable », à la suite d’une thèse intitulée La Coopération entre la Communauté économique européenne et l’Union du Maghreb arabe. Chance que son fils et héritier n’aura certainement pas.

En effet, Moulay Hassan est né et a grandi dans un contexte totalement différent. Dans une France où la menace est réelle, avec des attentats devenus récurrents, envoyer le fils de Mohammed VI pour des études deviendrait trop risqué, puisque Moulay El Hassan demeure le seul héritier du souverain.

Comme si cela ne suffisait pas, voilà que le Coronavirus s’invite au débat, mettant à l’eu tout projet de voyage pour le prince héritier. La situation pandémique mondiale empêche par ailleurs le prince héritier de voyager et de représenter le royaume, comme il a eu à le faire lors de différentes missions à lui confiées par son père, le roi Mohammed VI.

Toutefois, à défaut de pouvoir envoyer son fils étudier à l’étranger, notamment en France, le roi s’est arrangé pour décrocher une tête bien faite, d’origine marocaine certes, mais ayant eu de très hautes responsabilités dans l’enseignement français : il s’agit de Najat Vallaud-Belkacem, ancienne ministre française de l’Education natinale, recrutée, il y a quelques mois, par l’Université Polytechnique Mohammed VI de Rabat où est orienté le prince héritier du Maroc.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.