Maroc : colère de Mohammed VI qui menace au Sahara

Le roi du Maroc, Mohammed VI

Les derniers développements au Sahara Occidental ne sont pas du goût des autorités marocaines, notamment le roi Mohammed VI, qui a donné des instructions à son gouvernement allant dans le sens de menacer le Front Polisario. De quoi s’agit-il au juste ?

C’est suite aux nombreuses « atteintes aux accords de cessez-le-feu » et aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU par le Front Polisario, loin d’être du goût du Maroc, que le Gouvernement marocain a reçu instruction du roi Mohammed VI de hausser le ton, brandissant la « menace de riposter fermement ».

Selon le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, le royaume fournit l’effort de respecter l’accord de cessez-le-feu de 1991, mais il essuie souvent les provocations militaires des séparatistes, note Al Ahdath Al Maghribia. Nasser Bourita a, selon Bladi, rappelé que le Maroc pourrait riposter à tout moment dès que sa sécurité est menacée.

Portant la voix du roi Mohammed VI, le chef de la diplomatie marocaine pointe que le Polisario est habitué à la violation des accords de cessez-le feu depuis 2016. Se faisant plus précis, Nasser Bourita indique que ces provocations à l’encontre du Maroc se sont multipliées au niveau du mur marocain de défense, ou par l’envoi de bandes criminelles afin de bloquer le passage d’El Guerguerat.

Pour le ministre des Affaires étrangères, le Maroc a fait preuve de grande retenue pour contenir les provocations à travers la mise en place de consultations multilatérales et stratégiques avec les pays et institutions concernés. C’est, selon le diplomate marocain, ce qui a poussé le Royaume à réagir, le 13 novembre dernier, pour surseoir au blocage du passage.

Se rendant compte que le Front Polisario, malgré les multiples rappels à l’ordre du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres notamment, est resté campé sur sa position, le Maroc a donc été contraint de contraindre les séparatistes à débloquer le passage d’El Guerguerat et ainsi rétablir le trafic entre le royaume et la Mauritanie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.