L’ONU lève 942 milliards FCFA pour le Mali, le Niger et le Burkina Faso

ADVERTISEMENT

Les Nations Unies ont annoncé mardi qu’elles avaient reçu des promesses préliminaires d’environ 1,7 milliard de dollars (942,3 milliards FCFA) pour les pays du centre du Sahel que sont le Mali, le Niger et le Burkina Faso, lors d’une conférence des donateurs, à Copenhague, au Danemark.

« Cela représente un succès substantiel. Notamment compte tenu du contexte dans lequel nous travaillons, avec tant de crises à travers le monde et le Covid », a déclaré aux journalistes le chef humanitaire de l’ONU, Mark Lowcock. Dans l’ensemble, l’ONU a besoin de 1,4 milliard de dollars (776 milliards FCFA) pour la région en proie aux conflits cette année. Environ 550 millions de dollars (304,8 milliards FCFA) ont été reçus à ce jour, soit un peu moins de 40% de ce qui est nécessaire. Un montant supplémentaire de 1,56 milliard de dollars (864 ,7 milliards FCFA) devrait répondre aux besoins humanitaires de 2021.

Mark Lowcock a déclaré qu’un total complet viendrait à la fin de la journée, mais qu’il prévoit environ 980 millions de dollars (543,2 milliards FCFA) de promesses de dons pour cette année et environ 700 millions de dollars (388 milliards FCFA) pour 2021-2022, ce qui est essentiel à la planification humanitaire.

L’ONU a averti que le Sahel est confronté à une confluence de facteurs qui poussent la région plus profondément dans la pauvreté, la faim et les mains des extrémistes. Et si la communauté internationale n’investit pas l’attention et l’argent pour l’arrêter maintenant, elle pourrait voir les conséquences se propager au-delà de la région dans les années à venir. « La région centrale du Sahel est à un point de rupture », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, lors de la conférence, dans un message vidéo.

Il a déclaré que la spirale descendante pourrait être inversée avec une nouvelle impulsion pour la paix et la réconciliation entre les factions en guerre, ainsi que des investissements dans le développement et les populations. «Le Sahel est un microcosme de risques mondiaux en cascade convergeant dans une région», a déclaré Guterres. «C’est un signe d’avertissement pour nous tous nécessitant une attention et une résolution urgentes

L’ONU a exhorté la communauté internationale à adopter une approche holistique et à s’attaquer aux causes profondes ainsi qu’aux besoins humanitaires immédiats, et à le faire à une échelle suffisante et à long terme. L’Allemagne, co-hôte de la réunion, avec l’ONU, le Danemark et l’Union Européenne, a exhorté les États à mieux lier l’aide humanitaire et le financement du développement, ainsi que davantage d’investissements dans la résolution des conflits et la consolidation de la paix.

Le Mali, le Burkina Faso et le Niger sont plongés dans des crises humanitaires. Ils font face à des niveaux de déplacement sans précédent avec 5 millions de personnes qui ont été déracinées dans la région centrale du Sahel, un million de plus qu’il y a à peine 18 mois. Plus de 14 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire et 31 millions ont besoin d’une aide humanitaire. Des centaines de milliers d’enfants ne sont pas scolarisés en raison de l’insécurité et de la pauvreté, ce qui les rend vulnérables au recrutement et à l’exploitation sexuelle.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.