Libye : de nouveaux charniers découverts à Tarhouna

ADVERTISEMENT

Cinq nouveaux charniers ont été découverts, en Libye, par les équipes de recherches, dans la région de Tarhouna. Au total, 17 corps ont pu être exhumés, et les recherches continuent.

La guerre en Libye est une véritable tragédie. Depuis la chute du Mouammar Kadhafi, le 20 octobre 2011, ce pays d’Afrique du Nord est en proie à une guerre civile sans précédent, qui a fait de nombreuses victimes. L’autorité du Gouvernement d’union nationale (GNA), vient d’annoncer la découverte de nouvelles fosses.

« Aujourd’hui, samedi 7 novembre, notre équipe a commencé à travailler sur deux autres endroits, les recherches continuent. Nous prenons les coordonnées du site, nous situons les corps et sécurisons la zone. Nous sommes en train de commencer l’exhumation des corps du premier site. Nous avons trouvé deux corps sur le premier site et seulement un sur le second », a indiqué Lotfi Tawiq, à la tête d’un comité en charge des recherches désigné par le GNA..

Plusieurs charniers existeraient à proximité de la ville, après le départ, en juin, des forces du maréchal Khalifa Haftar, selon certaines sources. L’homme fort de l’Est libyen tentait, depuis avril 2019, de conquérir, en vain, la capitale Tripoli, à 80 km plus au Nord-Ouest et où siège le Gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par l’ONU.

Depuis le retrait des pro-Haftar de Tarhouna, leur dernier bastion dans l’Ouest, 112 corps ont été exhumés, selon un bilan présenté, hier samedi, par l’Autorité chargée des disparus, qui dépend du GNA. Le ministre libyen de l’Intérieur, Fathi Bashagha, a fustigé sur Twitter des « actes atroces » qui ne sauraient rester « impunis ».

Selon lui, l’un des corps retrouvés à Tarhouna, samedi, est celui de l’ancien directeur du Bureau d’information et de suivi, Mabrouk Khalaf. « Les actes horribles perpétrés par le gang criminel Alkani sont considérés comme des actes terroristes qui nécessitent des poursuites au niveau local et international, et non en toute impunité. Que Dieu ait pitié de tous les martyrs, victimes de ce gang criminel », a indiqué Fathi Bashagha.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.