Libye : 31 morts et 47 survivants dans un naufrage

ADVERTISEMENT

La mère Afrique pleure encore la mort de ses enfants, en quête d’une vie meilleure. Une trentaine de personnes seraient mortes à la suite d’un naufrage, au large des côtes libyennes. L’incident s’est produit quelques heures seulement après la mort d’au moins 74 migrants, dans un incident similaire, dans la nuit du jeudi.

« Il y a deux jours, notre bateau est parti pour l’Italie, depuis un site près d’al-Khums, vers neuf heures du soir. Et hier, à deux heures trente du matin, notre bateau est tombé en panne et de nombreuses personnes sont mortes en mer », a déclaré Mukhtar Salem Mohammed, migrant ghanéen.

Les survivants traumatisés se sont assis, sous le choc, sur le rivage, tandis que d’autres se sont enveloppés étroitement sous des couvertures pendant que les travailleurs humanitaires distribuaient des colis alimentaires. « Lorsque nous sommes arrivés sur place, nous avons trouvé les cadavres de 31 migrants sur le bord de la plage. Nous avons également trouvé 47 survivants, tous ressortissants africains, y compris des femmes et des enfants », a indiqué un responsable de l’immigration au ministère de l’Intérieur du Gouvernement d’accord national, Mukhtar Salem Mohammed.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a révélé que jusqu’à présent, cette année, plus de 900 personnes se sont noyées dans la Méditerranée en essayant d’atteindre l’Europe. Plus de 11 000 autres ont été renvoyés en Libye.

Les trafiquants d’êtres humains ont également profité de la violence persistante en Libye depuis le renversement du leader Mouammar Kadhafi, le 20 octobre 2011, transformant le pays en un couloir clé pour les migrants fuyant la guerre et la pauvreté dans des tentatives désespérées d’atteindre l’Europe.

Alors que beaucoup se sont noyés en mer, des milliers ont été interceptés par les garde-côtes libyens et renvoyés en Libye. Les garde-côtes libyens ont été soutenus par l’Italie et l’Union Européenne. Les migrants se retrouvent pour la plupart en détention et souvent dans des conditions horribles.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.