Le pape François modifie la loi de l’Église pour les femmes

Le pape François et des sœurs

La loi de l’Église catholique, qui interdisait aux femmes de jouer le rôle de lectrices et de serveuses de l’autel dans les célébrations liturgiques, a été modifiée par le pape François. Le leader catholique a également réaffirmé que les femmes ne peuvent pas être prêtres.

Connu pour ses nombreuses réformes au sein de la communauté catholique, le pape François vient de modifier une loi de l’Église catholique qui interdisait aux femmes de jouer le rôle de lectrices et de serveuses de l’autel dans les célébrations liturgiques. Dans une lettre apostolique inattendue publiée hier lundi, le souverain pontife dit qu’il fait le changement pour reconnaître un « développement doctrinal » qui s’est produit ces dernières années.

Ce changement, dit le pape François, « met en lumière la façon dont certains ministères institués par l’Église ont pour fondement cette condition commune du baptême et du sacerdoce royal reçus dans le sacrement du baptême ». La nouvelle lettre du pape, intitulée « Spiritus Domini » et publiée « motu proprio », modifie le Code de droit canonique pour permettre explicitement aux femmes d’être installées dans l’Église catholique en tant que lecteurs et acolytes.

Les lecteurs sont des ministres qui proclament des lectures à la messe et à d’autres célébrations liturgiques, tandis que les acolytes ou les serviteurs d’autel sont des ministres qui aident généralement les prêtres à préparer l’autel pendant la messe ou à distribuer la communion. Auparavant, les femmes de certaines églises catholiques servaient déjà de lectrices et de serveuses de l’autel, le droit canonique de l’Église n’avait techniquement autorisé leur service qu’à titre temporaire.

La lettre du 11 janvier a été publiée parallèlement à une lettre du pape au cardinal Luis Ladaria, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi du Vatican. Dans cette lettre, le pape François mentionne à nouveau l’interdiction de Jean-Paul II contre l’ordination des femmes à la prêtrise, mais ajoute que « pour les ministères non ordonnés, il est possible, et semble aujourd’hui opportun, d’aller au-delà de cette réserve ».

Pour le pape François, offrir aux hommes et aux femmes la possibilité de servir de lecteurs et d’acolytes « augmentera la reconnaissance… de la précieuse contribution que de nombreux laïcs, y compris des femmes, offrent à la vie et à la mission de l’Église ». « Le choix de confier ces fonctions aux femmes… rendra plus réelle dans l’Église la participation de chacun à l’œuvre d’évangélisation », poursuit le pape, dans sa correspondance.

Cependant, le pape François précise au cardinal Luis Ladaria que ce sera le rôle des conférences épiscopales nationales d’examiner les critères possibles pour déterminer qui, dans leurs communautés, pourrait servir de lecteurs et d’acolytes, et dit qui dirige également la congrégation de culte du Vatican pour mettre à jour ses normes sur les deux ministères afin de refléter la modification du droit canonique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.