La startup nigériane Autochek lève plus de 1 ,8 milliard

La startup nigériane Autochek vise à jouer un rôle de pionnier dans la construction d’une infrastructure numérique pour coordonner les ventes, l’entretien et les enregistrements de véhicules du marché automobile en Afrique, à hauteur 3,4 millions de dollars (plus de 1 ,8 milliard FCFA).

« Nous nous concentrons essentiellement sur des solutions technologiques pour construire les rails du secteur automobile africain. Nous nous concentrons sur trois fondements du marché : les transactions et le trading, la maintenance et le financement », a déclaré à Tech Crunch, le PDG d’Autochek, Etop Ikpe.

« Le type de technologie que nous développons est différent et il s’agit d’actifs légers. Je n’ai pas d’inventaire. Je n’achète pas de voitures. Je ne traite aucune voiture. Je ne possède aucun lieu d’inspection. Je ne possède aucun concessionnaire », dit-il.

Autochek a levé un cycle de pré-amorçage de 3,4 millions de dollars (plus de 1 ,8 milliard FCFA) codirigé par TLcom Capital et 4DX Ventures, dans le but de numériser le secteur automobile africain. Il prévoit d’utiliser le fonds pour étendre ses opérations et sa portée géographique.

Autocheck compte plus de 20 000 véhicules uniques ainsi que plus de 12 000 concessionnaires et vendeurs privés. Actuellement, il n’opère qu’au Nigeria et au Ghana. Il prévoit de démarrer ses opérations en Côte d’Ivoire, au Sénégal, en Afrique du Sud, au Kenya, en Égypte et en Algérie.

« Les acquisitions seront au cœur de notre stratégie d’expansion », a déclaré Ikpe. En outre, la startup envisage d’ajouter des services associés à l’automobile, tels que des produits d’assurance et de tarification de la carte grise. Selon Ikpe, Autochek est né d’un besoin de redynamiser une industrie sous-utilisée et inexploitée. Il s’agit d’une plateforme permettant aux consommateurs et aux entreprises d’acheter des voitures, de vendre des voitures, d’offrir des service et de financer les ventes de voitures.

Il a également révélé que sa startup s’était associée à 10 banques au Nigeria et à deux au Ghana afin de créer plus d’options de financement pour la startup et les consommateurs. « Le marché des voitures d’occasion en Afrique est un marché de 45 milliards de dollars (24 702 milliards FCFA) par an qui n’a qu’un taux de pénétration du financement de 5%… Il y a donc un énorme avantage pour la croissance », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.