La Mauritanie élabore un projet de développement des villes productives

ADVERTISEMENT

Un projet d’appui à la décentralisation et au développement des villes productives (MODOUN) a été lancé par le gouvernement mauritanien. Ledit projet est co-financé par la Banque mondiale, qui débourse 65 millions dollars (plus de 36 milliards FCFA) de prêts, et l’Etat mauritanien.

Ce projet d’appui à la décentralisation et au développement des villes productives (MODOUN) planche sur les recrutements d’entreprises pour la réalisation des travaux, la fourniture des biens et services et la fourniture de conseils qui entrent dans le cadre la réalisation du projet qui comprend  quatre composantes : « l’amélioration de l’accès aux infrastructures et aux services pour le développement économique, le renforcement de la décentralisation et des capacités des collectivités locales, la gestion du projet MODOUN ainsi que la composante d’intervention d’urgence contingente ».

Cette dernière composante est déterminée par l’existence d’une catastrophe naturelle simulant les moyens de subsistance des personnes vivant dans la zone du projet et par une réallocation des fonds du projet pour couvrir les coûts de réponse d’urgence.

Le gouvernement mauritanien a invité les entreprises et personnes physiques intéressées par les contrats de réalisation de travaux, de fourniture de biens, de services… à contacter la Cellule de coordination du projet, en attendant la formulation des avis de marchés spécifiques soumis à un appel d’offres international.

Aujourd’hui, la Mauritanie a le deuxième taux d’urbanisation le plus rapide d’Afrique, la population urbaine ne cessant d’augmenter. Malgré les progrès réalisés dans la réduction des inégalités spatiales, les villes en Mauritanie ont tendance à obtenir de meilleurs résultats dans la lutte contre la pauvreté par rapport aux zones rurales.

Plus de la moitié des pauvres (54%) vivent dans quatre régions (wilayas) rurales du sud : Brakna, Gorgol, Hodh Ech Chargui et Assaba, où l’inégalité d’accès à des services sociaux de qualité et des marchés du travail constituent un obstacle au développement.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.