La culpabilité des Églises Néerlandaises dans l’holocauste noir

ADVERTISEMENT

En juin 2013, le Conseil des Églises a publié un communiqué dans lequel il reconnait son implication dans la pratique inhumaine de l’esclavage. « En tant qu’églises, nous connaissons notre rôle dans ce passé terni et nous devons reconnaître que la théologie a été galvaudée pour justifier l’esclavage« , indiquait le communiqué. Le conseil a déclaré regretter de ne pas avoir eu cette perspicacité plus tôt. Retour sur l’histoire au début de l’été 2013.

« (L’Esclavage) est une histoire de blancs Hollandais , du gouvernement et aussi de l’Église », a déclaré le président du Conseil Klaas van de Kamp dans un débat télévisé vendredi. Il a déclaré que l’église a joué un rôle important dans la communauté à l’époque, mais a systématiquement choisi de regarder de l’autre côté.  »Nous avons un bel évangile, mais nous avons échoué à le mettre en application. Au lieu de cela nous avons choisi de faire de l’argent (grâce à l’esclavage) « , a déclaré Van de Kamp. Il a dit qu’il est temps que le Hollandais blanc reconnaisse son rôle dans « l’holocauste noir ».

La longue déclaration du Conseil a été présentée à l’Église Moravienne samedi lors d’une cérémonie dans la ville de Amersfoot située au Nord de la Hollande. Il a été adressé aux « églises et aux descendants des personnes qui furent vendus et mis au travail comme esclaves. » La déclaration souligne que les descendants vivent au Surinam, à Aruba, à Curaçao, à Saint-Martin, dans les Caraïbes néerlandaises et au Pays-Bas.(voir LIRE ENTRE LES LIGNES PLUS BAS)

Le révérend de l’Église Moravienne Rhoinde Mijnals-Doth a salué le courage du Conseil. « Mieux vaut tard que jamais. Le Conseil des Églises a fait un pas important sur la voie de la réconciliation. Nous espérons que d’autres pas suivront « , dit-elle.

La déclaration est effectivement inédite pour la Hollande, qui jusqu’ici simplement indiqué ses regrets que l’esclavage ait eu lieu, ce que beaucoup considèrent comme un affront.

Les Hollandais ont fait le commerce des esclaves dans leurs anciennes colonies pendant plus de trois siècles, expédiant environ un million d’Africains de leur continent dans les plantations d’esclaves dans le « nouveau monde ». L’esclavage a été officiellement aboli le 1er Juillet 1863, mais le fait que les Pays-Bas n’aient pas réellement réellement libéré les esclaves de l’humanité et qu’ils n’aient jamais offert des excuses officielles à leurs descendants a toujours constitué un point noir.

Un porte-parole du Ministère des Affaires sociales a insinué dans la presse néerlandaise le mois dernier que le Ministre Lodewijck Assen exprimerait probablement de nouveau « les regrets les plus profonds » de son gouvernement concernant  »cette page sombre de notre histoire » quand il parlera le 1er Juillet à Amsterdam à l’occasion des célébrations du 150ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage.

Plus tôt cette année, un membre de la deuxième chambre, Harry van Bommel (SP) du sud-est de la Ville d’Amsterdam, le Président du conseil de ville Tjeerd Herrema et la National Platform for Slavery Past ont exhorté le gouvernement néerlandais à présenter des excuses officielles pour l’esclavage. L’occasion historique du couronnement du roi Willem Alexander a été suggéré comme un facteur approprié à considérer pour que cela soit fait en 2013.

Dans un addendum à son communiqué, le Conseil des Églises a expliqué qu’il ne l’avait pas intitulé « confession de culpabilité » en craignant paraitre utiliser des mots banals trop facilement. « Dans la société d’aujourd’hui, le mot« culpabilité »est devenu trop commun, on dit pardon et on revient à l’ordre du jour. Ce n’est pas la façon dont cela devrait transparaître ici. Confesser sa culpabilité requiert que l’on mesure la douleur et qui demande plus qu’un moment passager de sympathie « , indique le communiqué.

Le Conseil a déclaré qu’il était conscient que parler maintenant était trop tard. »Qui peut pardonner ce qui a été fait à des personnes qui passaient leurs journées dans l’esclavage et ne sont plus là pour parler? Malheureusement, nous n’avons pas eu cette perspicacité dans le temps, mais nous avons plutôt laissé un besoin urgent et malavisé pour le profit et l’abus de pouvoir de r nous conduire. C’était une forme d’injustice qui affecte encore les générations d’aujourd’hui, parce qu’une partie de notre communauté a été bâtie sur le dos des autres,  » a-t-il déclaré.

Kamp, le président du Conseil a indiqué qu’il espérait que les églises prendraient le temos d’évoquer le sujet de l’esclavage et de la discrimination dans leurs sermons, le dernier dimanche avant les commémorations de l’Émancipation le 1er Juillet.

LIRE ENTRE LES LIGNES : Je suggère que le message sous-jacent à la partie de la déclaration qui délimite les territoires sur lesquels se trouvent les descendants des anciens esclaves(au Surinam, à Aruba, à Curaçao, à Saint-Martin, dans les Caraïbes néerlandaises et au Pays-Bas.) l’Église Moravienne suggère, à mon avis en toute conscience que les parents des personnes enlevées en Afrique et qui sont restées en Afrique ne sont pas descendants de ces esclaves et élimine ainsi les Africains en Afrique. Il semble que ce soit fait sciemment dans l’optique que des réparations soient finalement faites. On délimite le territoire de la culpabilité et le territoire éventuel des réparations.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.