Evariste Ndayishimiye : « L’Afrique n’a jamais été pauvre, le moment du réveil des consciences est venu »

ADVERTISEMENT

La visite de travail du chef de l’Etat burundais en Guinée Equatoriale, ne s’inscrit pas seulement dans la recherche du renforcement des liens entre les deux pays. Elle est aussi une occasion pour Evariste Ndayishimiye de rappeler que l’heure de l’autodétermination des Africains et du changement de perception sur l’Afrique a sonné.

« L’Afrique n’a jamais été pauvre, elle a été distraite par d’autres civilisations. Le moment du réveil des consciences et du changement des mentalités est venu ». Ceci est l’un des messages du Chef de l’Etat burundais, après son arrivée à Malabo, en Guinée Equatoriale, le 2 novembre. Dans son discours prononcé lors de la réunion bilatérale avec son homologue, Teodoro Obiang Nguema, Evariste Ndayishimiye insiste sur la nécessité de l’autodétermination des Africains et du changement de perception sur l’Afrique.

Pour lui, les Africains doivent prendre le destin de leur continent en mains. « J’interpelle les pays africains : l’Afrique n’a jamais été pauvre, elle a été distraite par d’autres civilisations. Le malheur que les Africains ont connu est d’avoir été colonisés ; et par la colonisation, d’avoir été victimes de la destruction de leurs mode ou systèmes de gouvernance ».

Un appel à la solidarité

Dans sa communication, le chef de l’Etat burundais encourage les pays africains à la cohabitation et à la mutualisation des efforts. « La communauté internationale doit comprendre que le monde n’a pas de toiture pour un seul Etat. Nous avons l’obligation d’accepter de vivre ensemble comme des humains ou au contraire de mourir ensemble comme des idiots, car les êtres humains ont les mêmes besoins vitaux en quantité et en qualité que tu sois riche ou pauvre ».

Rappelant que « le moment du réveil des consciences et du changement des mentalités est venu », Evariste Ndayishimiye propose de « relier les pays et peuples d’Afrique par des vols directs et par le transport par routes », en vue de matérialiser la solidarité entre les pays africains.

Mettre fin au complexe d’infériorité devant l’occident

En Panafricaniste, Evariste Ndayisimiye veut comprendre pourquoi « en Afrique, on célèbre toutes les années les fêtes d’indépendance nationale alors que les pays occidentaux fêtent la journée nationale ? ».

Dans son discours, il note que malgré les années d’indépendance, les Etats africains ont le complexe d’infériorité devant l’Occident. « Tout ceci est un complexe qui nous pousse à toujours aller se prosterner devant nos anciens colons pour les faire comprendre qu’il faut nous libérer alors que nous sommes libres ».

Et le Président de 52 ans va plus loin : « jouissons plutôt de notre liberté en étant responsable comme eux aussi ils jouissent de leur liberté. Ils jouissent de leur liberté tout en restant attachés à l’Afrique. Nous aussi, nous devons jouir de notre liberté tout en restant attachés à la communauté internationale à laquelle nous appartenons tous ».

Par ailleurs, M. Ndayishimiye salue la création de la Zone africaine de Libre-échange (ZLECAF), qui, selon lui, « vient mettre véritablement fin à la dépendance de l’Afrique vis-à-vis du modèle économique de la servitude. Et c’est en nous mettant à l’œuvre d’urgence que nous pourrons réduire, progressivement et sûrement, cette dépendance vis-à-vis de l’extérieur et que nous pourrons assurer, à nos pays respectifs, l’autosuffisance et le développement durables ».

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.