Éthiopie : le conflit du Tigré embrouille l’Érythrée

ADVERTISEMENT

Le gouvernement du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a déclaré lundi qu’il avait occupé une autre ville dans la région du nord du Tigré après près de deux semaines de combats dans un conflit qui débordait déjà en Érythrée et déstabilisent la Corne de l’Afrique.

Des centaines de personnes sont mortes, au moins 20 000 réfugiés ont fui au Soudan et il y a eu des rapports d’atrocités depuis qu’Abiy a ordonné des frappes aériennes et une offensive terrestre contre les dirigeants du Tigré pour avoir défié son autorité. Le conflit pourrait compromettre une récente ouverture économique, provoquer un bain de sang ethnique ailleurs autour du deuxième pays le plus peuplé d’Afrique et ternir la réputation d’Abiy, qui a remporté un prix Nobel de la Paix l’année dernière pour un pacte de paix avec l’Érythrée.

Le Front de libération du peuple du Tigray (TPLF), qui gouverne la région de plus de 5 millions d’habitants, a accusé l’Érythrée d’envoyer des chars et des milliers de soldats au-delà de la frontière pour soutenir les troupes fédérales éthiopiennes. Asmara nie ces accusations.

Les forces du Tigré ont tiré des roquettes sur l’Érythrée ce week-end. Un groupe de travail mis en place par Abiy pour gérer la réponse du gouvernement à la crise, a déclaré que les troupes avaient « libéré » la ville d’Alamata du TPLF. « Ils ont fui, emmenant environ 10 000 prisonniers », a-t-il ajouté, sans préciser d’où ils venaient.

Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de la part des dirigeants du Tigré sur les événements à Alamata, près de la frontière avec l’état d’Amhara, à environ 120 km de la capitale du Tigray, Mekelle. Le chef du TPLF, Debretsion Gebremichael, a exhorté les Nations Unies et l’Union Africaine à condamner les troupes fédérales éthiopiennes, les accusant d’utiliser des armes de haute technologie, y compris des drones, lors d’attaques qui, selon lui, ont détruit un barrage et une usine de sucre.

« Abiy Ahmed mène cette guerre contre la population du Tigré et il est responsable de l’infliction délibérée de souffrances humaines à la population et de la destruction de grands projets d’infrastructure », a-t-il déclaré. « Nous ne sommes pas les initiateurs de ce conflit et il est évident qu’Abiy Ahmed a mené cette guerre comme une tentative de consolider son pouvoir personnel », a-t-il ajouté, avertissant que l’Éthiopie pourrait devenir un État en faillite ou se désintégrer.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.