Enquête sur les jeunes et le terrorisme en Afrique

Sur la toile de fond de la recrudescence des combats dans le Nord du Mozambique entre les forces gouvernementales et les groupes terroristes, associée à l’insurrection continue tout au long du lac Tchad, du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, une étude multinationale récente indique que les jeunes d’Afrique voit le terrorisme comme l’une des plus grandes menaces qui pèsent sur l’avenir du continent.

Plus de sept personnes sur dix (71%) se déclarent préoccupées par le terrorisme, révèlent les conclusions de la première enquête sur la jeunesse africaine, la majorité des sondés à travers le continent suggérant que le terrorisme est la deuxième cause ayant le plus d’impact sur le développement de l’Afrique au cours des cinq dernières années. Pour près de 30% des jeunes identifiés « lutter contre le terrorisme » et « la paix et la stabilité », sont les questions les plus importantes qui nécessitent une action urgente pour le continent africain. De façon alarmante cependant, près de 10% ont déjà été approché ou connaissent quelqu’un qui a été approché ou même recrutés par des organisations terroristes.

L’Enquête sur la jeunesse africaine 2020 commandée par la Ichikowitz Family Foundation, a sondé 4.200 participants (18-24 ans) à travers 14 pays d’Afrique subsaharienne, dont le Congo Brazzaville, l’Ethiopie, le Gabon, le Ghana, le Kenya , le Malawi, le Mali, le Nigeria, le Rwanda, le Sénégal, l’Afrique du Sud, le Togo, la Zambie et le Zimbabwe.

Les principales constatations comprennent:

71% des jeunes sont concernés ensemble (51% des jeunes étaient « très inquiets ») sur le terrorisme – au Mali ce chiffre pointes à 99%, au Kenya à 89% et en Éthiopie et au Nigeria, à 86%. Au Ghana, 85% ont exprimé leur inquiétude;
Plus de la moitié (55%) de tous les répondants s’inquiètent de la sûreté et de la sécurité de leur famille et d’eux-mêmes;
Une majorité de 55% des jeunes Nigérians ont confiance dans la capacité de leur gouvernement à contrer la menace posée par Boko Haram; 69% disent cependant que l’organisation terroriste affecte leur vie quotidienne;
63% des jeunes Kenyans sont préoccupés par l’instabilité au Soudan du Sud et en Somalie proches;
Un sur cinq (21%) disent la guerre et les conflits auront un grand impact sur l’identité commune de l’Afrique au cours des cinq prochaines années.

La plus grande préoccupation au sujet du terrorisme a été concentrée dans l’Est (78%) et les pays d’Afrique de l’Ouest (76%). En Afrique du Sud, 66% des jeunes étaient concernés. Dans la perspective des cinq prochaines années, le chômage et la corruption restent les principaux problèmes sur lesquels les jeunes se sentent actuellement les plus concernés.

Dans un effort pour offrir un meilleur aperçu de la façon dont les individus – en particulier les jeunes – sont cooptés dans des organisations terroristes, l’Enquête sur la jeunesse africaine a ostensiblement inclus des questions sur l’association avec des réseaux extrémistes.

On a demandé aux répondants si eux mêmes ou quelqu’un qu’ils connaissaient avait déjà été approché par un réseau terroriste. Alors que huit sur dix dans l’ensemble ont déclaré n’avoir jamais été approchés ou associés à de tels groupes, un nombre important de participants ont répondu qu’ils «ne savaient pas» ou «avaient choisi de ne pas répondre».

Plus précisément:

3% – « Je connais quelqu’un qui a été approché par un recruteur de groupe terroriste »
3% – «Je connais quelqu’un qui soutient un groupe terroriste ou une insurrection radicale»
2% – «J’ai été approché par un groupe extrémiste violent»
14% – « Je préfère ne pas dire »

Ces inquiétudes prononcées à propos du terrorisme contrastent fortement avec le fort optimisme exprimé par les répondants quant à leur avenir, celui de leurs pays respectifs et de l’Afrique dans son ensemble dans le cadre de l’enquête. 82% ont déclaré que leurs perspectives concernant leur situation financière étaient meilleures au cours des deux prochaines années, tandis que 70% se considèrent activement impliquées et engagées dans leurs communautés.

Cependant, au-delà de ces frontières communautaires, des crimes transfrontières, y compris le trafic de drogues, de faux médicaments, d’animaux sauvages et même de vies humaines, continuent de se produire, devenant des industries finançant d’autres activités terroristes infranationales organisées.

La Fondation Ichikowitz s’est efforcée de sensibiliser à la manière dont de meilleures collaborations intercontinentales et mondiales combinées à des solutions innovantes peuvent relever ce défi croissant.

«Malgré une diminution des conflits à travers l’Afrique, nous avons assisté à une montée du terrorisme dans de grandes parties de notre continent; Daech prend racine aussi loin au sud que le Mozambique; Al-Shabaab contrôle une grande partie du sud de la Somalie et même de petites poches au Kenya le long de la frontière somalienne. En Éthiopie, nation sujette aux attaques d’Al-Shabaab le long de cette même frontière, les craintes d’une guerre civile pure et simple, qui menacent le développement continu du deuxième pays le plus peuplé d’Afrique, sont également de plus en plus nombreuses », a déclaré Ivor Ichikowitz, industriel sud-africain, philanthrope. et fondateur et président exécutif de la Fondation Ichikowitz.

«Nos jeunes citoyens sont sont des cibles de recrutement par des organisations terroristes, des factions qui ont historiquement et régulièrement exporté leurs tactiques et leurs membres à l’étranger ».

Ichikowitz de poursuivre : «Alors que la menace du terrorisme était autrefois le deuxième plus grand problème pour les milliers de personnes interrogées dans plus de quatorze pays d’Afrique subsaharienne, c’est aujourd’hui le neuvième et c’est un motif d’optimisme. Cependant, ignorer le jeu de terrain évident en cours par des extrémistes violents qui jettent le doute sur le siècle africain serait une omission flagrante pour tout gouvernement. Des mesures doivent être prises d’urgence pour éviter la propagation du terrorisme et son évolution en un problème beaucoup plus important pour notre continent et le monde ».

«L’une des principales raisons pour lesquelles notre Fondation consacre tant de son temps, de son énergie et de ses ressources à des initiatives de conservation telles que la lutte contre le braconnage est que nous avons la preuve concrète que cette activité illégale contribue à financer le terrorisme et à financer le crime organisé sur le continent africain. et au-delà. Nous cherchons non seulement à préserver la belle faune, la biodiversité et le patrimoine de l’Afrique, mais nous visons à couper l’une des principales sources de financement à une activité aussi dévastatrice et lâche entreprise par ceux qui ont étouffé la sûreté, la sécurité et, en fin de compte, les ambitions de notre la prochaine génération, comme l’indique notre étude », a conclu Ichikowitz.

La Fondation de la famille Ichikowitz  prévoit de renouveler l’Enquête sur une base annuelle à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.