EndSars : la CPI va enquêter sur les cas de violence au Nigeria

ADVERTISEMENT

La Cour Pénale Internationale (CPI) compte enquêter sur les manifestations contre les brutalités policières au Nigeria, selon une source médiatique. Cet examen « évaluera si les critères juridiques sont remplis pour l’ouverture d’une enquête en vertu du Statut de Rome ». Les résultats de l’examen préliminaire seront rendus publics.

Pendant plusieurs semaines, des manifestants se sont rassemblés dans les artères de nombreuses villes pour réclamer la dissolution de la SARS. Cette brigade de la police est accusée d’abus généralisés, de meurtres et de tortures par la jeunesse nigériane. Une répression sanglante qui aurait déjà entraîné la mort de 69 personnes, dont 51 civils.

Amnesty International a accusé la police et les forces de sécurité d’avoir ouvert le feu sur des manifestants non armés. Le Président Muhammadu Buhari, de son côté, a invité la communauté internationale à ne pas tirer de conclusions hâtives et à s’enquérir de tous les détails avant de condamner les faits. D’ailleurs, le chef de l’Etat nigérian a appelé récemment les manifestans à la table du dialogue, afin de trouver une solution à cette situation déplorable.

La CPI, juridiction pénale internationale permanente, qui a une vocation universelle, serait en train d’effectuer un examen préliminaire des crimes commis pendant les manifestations contre la police spéciale, la SARS.

Selon des sources concordantes, les résultats de l’examen préliminaire, qui permettront de déterminer « si les critères juridiques sont remplis pour l’ouverture d’une enquête en vertu du Statut de Rome » seront rendus publics.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.