Elections présidentielle et législatives : les Burkinabè ont voté dans la paix

Ce dimanche, les Burkinabè étaient appelés à élire leur Président ainsi que les députés. Si des craintes d’attaques djihadistes ont jalonné tout le processus, la journée électorale s’est finalement déroulée dans le calme.

Plus de peur que de mal, pourrait-on dire, au terme de cette journée électorale au Burkina Faso. Le vote s’est, en effet, déroulé dans une atmosphère calme, sans incidents. « J’ai déjà visité 4 bureaux ce matin avant d’arriver ici (Dassasgho, ndlr). J’ai assisté à l’ouverture des bureaux de vote. J’ai constaté que tout se passe normalement et qu’il n’y a pas de grands problèmes », a déclaré le président du Conseil constitutionnel, Kassoum Kambou, après avoir accompli son devoir civique.

Les seules fausses notes relevées concernent l’ouverture tardive de certains bureaux de vote, le manque de matériels électoraux par endroits. A cela s’ajoute l’absence des noms de certains électeurs sur la liste, comme l’a observé sur le terrain, le président du Conseil constitutionnel, au cours de sa ronde. « Le seul problème qu’on a noté ici c’est qu’il y a des électeurs qui ne trouvent pas leurs noms sur la liste parce qu’ils ont des anciennes cartes de 2015 qui n’ont pas été prises en compte dans la nouvelle liste. C’est le seul problème et je crois que la CENI s’attèle à régler le problème », a-t-il confié à la presse.

Même note de satisfaction chez Kabiné Komara, chef de la Mission d’observation électorale de la CEDEAO qui s’est exprimé après le dépouillement, dans deux bureaux de vote : « La bonne nouvelle est que nous n’avons eu aucune indication qu’il y ait eu quelque chose de négatif, d’attaques sur l’ensemble du territoire national. Et nous osons espérer que les dispositifs sécuritaires qui ont été pris ont bien fonctionné et que les Burkinabè ont pu exercer leur droit sans rencontrer des difficultés. Et au nom de la CEDEAO, nous voulons déjà, pour cette première étape, exprimer notre soulagement et remercier les acteurs électoraux, la sécurité et appeler tout un chacun à continuer le dépouillement dans les règles de l’art et que par la suite, les différents acteurs suivent les dispositions du pacte de bonne conduite qu’ils ont signé. Et c’est le Burkina qui aura gagné ».

Le taux de participation encore provisoire pourrait osciller entre 38 et 40%, et les premiers résultats pourraient tomber dès demain, lundi 23 novembre 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.