Élections au Burkina Faso : l’ONU plaide pour la protection des civils

ADVERTISEMENT
Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres

Malgré les appréhensions initiales, notamment celles liées à d’éventuelles menaces terroristes, la campagne électorale au Burkina Faso s’est globalement bien déroulée. L’ONU n’a pas manqué de le souligner, mais à tout de même attiré l’attention sur la nécessité de protéger les civils.

Lors de son communiqué de presse de vendredi, le porte-parole d’Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, a dans un premier temps, adressé des félicitations à l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus électoral : « Le Secrétaire général félicite le gouvernement, les leaders politiques et le peuple du Burkina Faso pour avoir fait prévaloir un climat de respect mutuel durant le processus électoral, et ce en dépit des défis auxquels le pays fait face ». Il les a par ailleurs encouragés à poursuivre leurs efforts afin que tout se passe bien jusqu’au bout.

La sécurité des civils : une priorité pour l’ONU

Cette recommandation est loin d’être anodine. En effet, des attaques terroristes et autres actes de violences sont encore enregistrés dans la partie nord du pays. Pour cette raison, nombreux sont les Burkinabè qui seront dans l’incapacité de voter aujourd’hui. Afin de sécuriser la région, des milices de civils ont été constituées.

Cette situation préoccupe l’institution en raison des dérives qui pourraient en découler : « le Secrétaire général exhorte les forces de sécurité à tout mettre en œuvre pour protéger les civils durant le vote dans l’ensemble du pays et à agir conformément à la loi ». Alors que les bureaux de vote ont ouvert tôt ce dimanche matin et que l’élection est actuellement en cours, le Président Roch Kaboré, candidat à sa propre succession, a dans un tweet, adressé un message à l’endroit de l’intégralité de la classe politique pour avoir « œuvré à ce que cet exercice républicain soit transparent, équitable et juste ».

Vivement que tous se passe pour le mieux afin que conformément aux désirs de l’ONU, les civils ne paient pas le prix d’une éventuelle crise post-électorale

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.