Donald Trump veut se présenter à la Présidentielle de 2024

Battu par Joe Biden, le Président sortant des Etats-Unis, Donald Trump, a partagé son projet de se présenter à nouveau à la présidence, suggérant qu’il participera à la course pour 2024. Le républicain aurait déclaré à une foule bruyante de la Maison Blanche : « Je vous verrai dans quatre ans ».

Surpris par sa défaite face à Joe Biden, Donald Trump tente toujours de compromettre le résultat des élections du mois dernier, dont il juge le processus truqué. L’homme d’affaires milliardaire aurait parlé en privé du potentiel de réintégrer la course présidentielle après la fin du premier mandat de Biden. Cependant, c’est la première fois qu’il laisse entendre publiquement qu’il se présenterait. « Cela a été quatre années incroyables. Nous essayons de faire quatre ans de plus. Sinon, je vous verrai dans quatre ans », a déclaré Trump.

La Maison Blanche elle-même est actuellement vêtue de parures festives complètes, avec des photos montrant des couloirs bordés de pots noirs en forme d’urne remplis de feuillage rouge et vert. Le thème de la décoration de cette année était « America the Beautiful ». Pourtant, malgré les efforts considérables déployés par la Première dame Melania Trump avec son équipe de décorateurs, beaucoup se sont moqués des décorations. Un utilisateur de Twitter affirmant que les pots ressemblaient à des urnes funéraires.

Notons que Donald Trump a gracié la semaine dernière son ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, qui avait plaidé à deux reprises coupable d’avoir menti au FBI, lors de l’enquête sur l’ingérence russe lors de l’élection présidentielle de 2016. C’était la première de ce qui devrait être une série de grâces dans les dernières semaines de Trump à la Maison Blanche.

Pendant ce temps, aucun fonctionnaire du gouvernement américain n’est « l’objet ou la cible » d’un examen dans le cadre d’une enquête en cours par le ministère américain de la Justice pour savoir si de l’argent a été acheminé vers la Maison Blanche en échange d’une grâce présidentielle, a déclaré un responsable du département.

La juge de district américaine Beryl Howell a publié une ordonnance fortement expurgée décrivant ce qu’elle a appelé une enquête de « corruption contre grâce ». Environ la moitié du document de 18 pages a été noircie, la version accessible au public fournissant peu de détails sur le stratagème présumé et ne nommant aucune des personnes potentiellement impliquées. Les présidents jouissent d’une grande latitude en vertu de la Constitution américaine pour gracier les personnes reconnues coupables de crimes fédéraux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.