Didier Raoult « ligoté » : mortal kombat entre hydroxychloroquine et remdesivir

ADVERTISEMENT
Le Professeur Didier Raoult

En refusant la demande de l’IHU de Marseille, dirigé par le Professeur Didier Raoult, d’utiliser, de façon exceptionnelle, l’hydroxychloroquine pour soigner ses patients de Covid-19, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) semble ainsi tracer un grand boulevard pour le remdesivir des laboratoires Gilead.

Le choc, en terres françaises, entre l’hydroxychloroquine et le remdesivir pourrait virer au drame, compte tenu de la tournure que prennent les choses. En ce sens que l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a refusé la demande de l’IHU de Marseille, dirigé par le Professeur Didier Raoult, de procéder à l’utilisation exceptionnelle d’hydroxychloroquine pour soigner ses patients de Coronavirus.

L’institut marseillais a fait une demande auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament, notamment une RTU (recommandation temporaire d’utilisation) synonyme d’une autorisation exceptionnelle d’usage de l’ hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19. L’ANSM dit niet. Une décision qui n’a pas été dans le sens de plaire le Professeur.

Dans un communiqué sur son site internet, l’Agence nationale de sécurité du médicament a indiqué que « nous ne pouvons pas répondre favorablement à la demande de RTU de l’hydroxychloroquine dans la prise en charge de la maladie Covid-19 ». Ce qui, selon des informations, interdit au Professeur et à ses collaborateurs l’usage de l’hydroxychloroquine comme traitement, à compter du lundi 26 octobre.

Pour sa part, lors d’une sortie sur Twitter, Didier Raoult dénonce le fait que « Dominique Martin, directeur de l’ANSM, refuse toute RTU pour l’hydroxychloroquine mais autorise l’envoi de mails promotionnels par Gilead pour Remdesivir, et en organise la distribution gratuite », dénonçant ainsi une situation de « Deux poids deux mesures ».

 

Le Président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier, a envoyé une correspondance au ministre française de la Santé, Olivier Véran, signifiant qu’« en refusant une recommandation de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19, l’ANSM va à l’encontre des principes fondamentaux de la médecine ».

L’homme politique ne s’arrête pas là, puisqu’il demande de « laisser le Professeur Raoult Didier et les médecins de l’IHU de Marseille soigner » les malades du Coronavirus. Un combat à mort visiblement enclenché entre pro-hydroxychloroquine et pro-Gilead au profit du remdesivir.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.