Cameroun : le roi de Kumbo enfin libéré

ADVERTISEMENT

Kidnappé par des rebelles sécessionnistes, jeudi dernier, le Fon des Nso, Sehm Mbinglo, a été relaxé dans l’après-midi du mardi. Après plusieurs interrogatoires.

Le Fon (chef traditionnel) des Nso, peuple du Nord-Ouest camerounais, est redevenu un homme libre depuis le mardi 10 novembre 2020, après près de six jours de captivité. En effet, jeudi dernier, alors que le roi de Kumbo était en route pour retrouver son palais de Kumbo qu’il a abandonné pour s’installer à Yaoundé, depuis deux ans pour raison d’insécurité, son convoi a été intercepté à Baba, sur la route entre Bamenda et Kumbo. Le roi a été kidnappé, avec onze autres personnes dont le cardinal Christian Tumi, un natif de Kumbo, relaxé le lendemain.

Les ravisseurs, qui seraient des sécessionnistes du groupe des « Bui warriors », voulaient obtenir du chef traditionnel son retrait des prochaines élections régionales, prévues pour le 6 décembre 2020, et pour lesquelles Sehm Mbinglo est candidat du parti au pouvoir, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). Les rebelles sécessionnistes s’opposent farouchement à la tenue de ces élections dans leur région, tout comme ils ne veulent pas que les établissements scolaires ouvrent normalement leurs portes. Dans ce sens, ils ont déjà envoyé plusieurs signaux, en massacrant des écoliers à Kumba, et en kidnappant des enseignants à Kumbo, tout ceci en l’espace de quelques jours. 

Ils reprochent par ailleurs au Fon de soutenir l’action répressive du gouvernement contre les mouvements sécessionnistes. Le chef des Nso aurait finalement été libéré, après des jours de négociations, toutefois sans le versement de la rançon initialement exigée par les ravisseurs.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.