Algérie : Tebboune, un Coronavirus à 75 ans

ADVERTISEMENT
Le chef de l’Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune

La présidence de la République algérienne a, enfin, confirmé que le chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune, hospitalisé en Allemagne depuis le 28 octobre, a été contaminé au Coronavirus, rassurant qu’il « répond au traitement » contre le Covid-19, malgré son âge avancé.

« Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, continue de recevoir des soins dans un hôpital spécialisé allemand, après avoir été infecté par le nouveau virus Covid-19, et le personnel médical rassure que le président répond au traitement et que son état de santé s’améliore progressivement conformément aux exigences du protocole sanitaire », a indiqué la Présidence algérienne, à travers un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.

Un regard dans le rétroviseur rappelle que le Président algérien a été placé en quarantaine volontaire après avoir été en contact avec des cas suspects. Suite à une courte hospitalisation à l’hôpital militaire de Ain naadja, Abdelmadjid Tebboune a été évacué en Allemagne « pour des examens médicaux approfondis ». Dans quel état de santé avait-il été évacué ?

« Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a été transféré, mercredi 28 octobre 2020 au soir, en Allemagne pour des examens médicaux approfondis sur recommandation du staff médical », s’était contenté d’annoncer la Présidence, dans un communiqué, sans pour autant donner des détails sur la maladie dont souffrait le chef de l’Etat algérien.

Seulement, si le dirigeant algérien n’a pas été retenu dans son pays pour y être traité, et que son staff médical a jugé nécessaire de l’évacuer en Allemagne, c’est que son état de santé n’était plus des plus rassurants. Tout au contraire. Forcément, l’état de santé d’Abdelmadjid Tebboune était devenu inquiétant. Pour quelqu’un qui est né le 17 novembre 1945, donc 75 ans d’âge, toutes les inquiétudes sont permises, si l’on sait que le Covid-19 est une grave menace pour les personnes âgées.

En espérant que le chef de l’Etat algérien ne souffre d’aucune comorbité, notamment un diabète, une tension artérielle ou une insuffisance rénale. Ce qui, pour sûr, aggraverait sa situation. L’on sait par ailleurs qu’en l’espace de 24 heures, Abdelmadjid Tebboune a perdu deux membres de sa famille : sa sœur décédée le samedi et sa tante le lendemain, dimanche 1er novembre dernier.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.