Algérie : quand Macron parle de Tebboune

ADVERTISEMENT

Le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, a évoqué son homologue algérien, Abdelmadjid Tebboune, alors que ce dernier est hospitalisé en Allemagne suite à une infection au Coronavirus. Quelle est la teneur de l’intervention du Président français ?

C’est dans un entretien publié, ce vendredi 20 novembre 2020, par le journal Jeune Afrique, que le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, saluant le courage du Président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a promis de « tout » faire pour « aider » le dirigeant de ce pays d’Afrique du Nord, afin que « la transition réussisse » en Algérie.

« Je vous le dis franchement : je ferai tout ce qui est en mon possible pour aider le Président Tebboune dans cette période de transition. Il est courageux… On ne change pas un pays, des institutions et des structures de pouvoir en quelques mois… Il y a eu un mouvement révolutionnaire, qui est toujours là, sous une forme différente », a indiqué Emmanuel Macron.

« Il y a aussi une volonté de stabilité, en particulier dans la part la plus rurale de l’Algérie. Il faut tout faire pour que cette transition réussisse. Mais il y a un facteur temps important », a poursuivi Emmanuel Macron, qui, interpellé sur le Hirak, un mouvement de contestation populaire, se montre très prudent.

« Il y a aussi des choses qui ne sont pas dans nos standards et que nous aimerions voir évoluer. Je ne suis jamais dans l’invective ni dans la posture du donneur de leçon. L’Algérie est un grand pays. L’Afrique ne peut pas réussir sans que l’Algérie réussisse », a prudemment répliqué le chef d l’Etat français, conscient qu’il s’agit d’un sujet très sensible.

Le président de la République française a effectué cette sortie au moment où son homologue algérien, contaminé par le nouveau Coronavirus, est actuellement soigné en Allemagne, depuis le 28 octobre, après une quarantaine vécue en Algérie. Seulement, la communication de la Présidence au sujet d’Abdelmadjid Tebboune ne rassure guère.

En effet, si Alger enchaîne les bonnes nouvelles concernant l’évolution de l’état de santé du chef de l’Etat algérien, en jouant sur des termes du genre « répond bien au traitement », « a fini son traitement », les Algériennes et les Algériens ne sont guère convaincus, d’autant qu’aucune preuve de vie n’a jusqu’ici été donnée de leur cher Président.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.