Algérie : l’armée algérienne a-t-elle brûlé vifs deux jeunes orpailleurs sahraouis à Tindouf ?

ADVERTISEMENT

L’armée algérienne est accusée d’avoir brûlé vifs deux jeunes sahraouis, dans les camps de Tindouf, où la consternation se serait installée, depuis lundi soir, date des faits.

Selon Hespress, qui a donné l’information, cet acte qui frise la barbarie, perpétré par des éléments de l’armée algérienne, dans la soirée du lundi 19 octobre, « est en relation avec ce que l’Algérie compte faire des camps de Tindouf, à savoir déplacer les séquestrés ailleurs pour exploiter le sous-sol de cette région ».

« Le drame a eu lieu aux environs du camp de Dakhla, en son sud, où les populations sahraouies des camps sont sous contrôle direct de l’armée algérienne, auprès de laquelle les hommes du Polisario ne sont que de simples auxiliaires. Deux jeunes orpailleurs clandestins ont été surpris, hors de leur camp, par une patrouille de l’armée algérienne », écrit le journal.

« Pris de panique et poursuivis par les militaires, ils ont essuyé des coups de feu avant de s’enfuir vers les mines où ils œuvraient à la recherche de menus pépites d’or, pensant trouver une cachette pour s’y réfugier. Mal leur en pris, car les soldats les rattrapèrent, les aspergèrent d’essence et les brûlèrent vifs », poursuit Hespress, précisant que les familles des victimes réclament l’ouverture d’une enquête internationale.

Le journal indique que les deux victimes ont pour nom Emha Ould Hamdi Ould Souilem, qui est originaire de la tribu Regabat, et Ali Al Idrissi qui appartient à la tribu des Barabcha. Indigné, le Forum de soutien aux autonomistes de Tindouf a déclaré que « les deux victimes auraient pu être arrêtés et survivre si ce n’était l’insistance des membres de l’armée algérienne à absolument vouloir les tuer ». L’affaire fait grand bruit.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.