Algérie : 11 décembre 1960, soixante ans d’histoire

Trois ans après la bataille d’Alger, alors que le FLN est démantelé, les 10 et 11 décembre 1960, de grandes manifestations populaires envahissent les rues des grandes villes d’Algérie, marquant un tournant dans la stratégie du général de Gaulle de créer l’Algérie française.

Le 10 décembre à Oran et Alger, dans l’ancienne rue de Lyon, au cœur du quartier Belcourt, des milliers d’Algériens sortent dans les rues pour protester contre la colonisation française et soutenir le FLN et le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA). Des heurts éclatent et des barrages sont montés par la population venant des quartiers pauvres. En quelques heures, la tension monte et des dizaines de milliers d’Algériens vont sortir dans les rues.

Rapidement, les manifestations tournent à l’affrontement avec les forces militaires, et les quartiers européens sont envahis par le peuple. Après Oran et Alger, les troubles s’étendront aux autres grandes villes comme Chlef, Blida, Constantine ou Annaba, durant plus d’une semaine. A noter, comme cela fut encore le cas ces derniers mois avec les Manifestations anti-système du Hirak, que les femmes étaient en première ligne du soulèvement, loin de la prétendue organisation ensuite mise en avant par le FLN

Avec la présence du général de Gaulle sur le sol algérien, depuis le 9 décembre, ces manifestations furent sévèrement réprimées, mais elles démontrèrent que la France n’était pas capable de contenir le soulèvement populaire malgré une présence militaire massive en Algérie. La journée du 11 décembre 1960 fut donc le premier pas de l’Algérie vers son indépendance, en obligeant le Général de Gaulle à abandonner son projet de « troisième voie », calqué sur les modèles imposés dans les anciennes colonies françaises.

L’année dernière fut le théâtre de manifestations d’envergure à la veille des élections présidentielles; rappelant qu’en Algérie le peuple reste souverain. Aujourd’hui, pour les 60 ans des manifestation du 11 décembre 1960, l’Algérie ne sais même plus si elle a un Président en état de gouverner…

Lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.