Affaire Yacine Mebarki : la justice algérienne à l’épreuve

ADVERTISEMENT
Yacine Mebarki

Le monde entier retient son souffle, pour dix jours encore, en attente du verdict dans le procès en appel de l’activiste Yacine Mebarki, qui sera prononcé le 25 novembre prochain, en Algérie. Le parquet a requis la confirmation du verdict, dix ans de prison et un milliard de centimes, prononcé en première instance. La terre entière a les yeux rivés sur l’Algérie.

Arrêté le 30 septembre dernier et placé sous mandat de dépôt dès le lendemain, Yacine Mebarki, militant et activiste berbériste, est accusé d’« offense aux préceptes de l’islam », « incitation d’un musulman à se convertir à une autre religion », « profanation du livre sacré », « distribution de documents qui visent à ébranler la foi d’un musulman » et « atteinte au prophète ».

Une très longue liste de griefs que les deux avocats de la défense, Me Hachem Sassi et Me Ramzi Chekhab notamment, ont tenté de balayer d’un revers de main. Mieux, les deux avocats, durant tout le procès, ont tenté de démontrer « l’absurdité » des éléments à charge contre Yacine Mebarki. Les conseils de l’activiste se disant convaincus du complot qui serait dissimulé derrière toute l’affaire.

De son côté, l’auteur Anouar Benmalek s’insurge. « On croit nager en plein cauchemar : dans un pays dont la constitution reconnait explicitement le droit à la liberté́ de conviction religieuse, un procureur a pu requérir huit ans de prison pour le crime de penser et de croire librement, et un juge, estimant que cela ne suffisait pas, ajouter deux ans et dix millions de dinars d’amende pour faire bonne mesure », a-t-il écrit sur sa page officielle.

Pour sa part, le vice-président de Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme, Said Salhi a réitéré la solidarité de la LADDH avec Yacine Mebarki et a appelé à sa libération, au même titre que « l’ensemble des détenus d’opinion et des journalistes emprisonnés ». Me Hachem Saci avait estimé que cette affaire était « purement idéologique ».

Lors d’un premier procès en comparution immédiate tenu le 8 octobre, Yacine Mebarki avait été condamné à une peine d’emprisonnement de 10 ans assortie d’une amende de 10 millions de dinars, pour offense ou dénigrement du dogme ou des préceptes de l’Islam, incitation à l’athéisme et atteinte à l’unité nationale.

Rappelons que la police algérienne, après perquisition d’un entrepôt appartenant à Yacine Mebarki, avait trouvé d’anciens livres religieux et d’histoire, ainsi qu’une feuille brulée d’une vielle copie manuscrite du Coran. En attendant le verdict, dans dix jours, c’est une lourde peine, après la condamnation en appel du journaliste Khaled Drareni, à deux ans de prison ferme. Le 25 novembre, la justice algérienne prend date avec l’histoire.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.