« Abdelmadjid Tebboune me manque » : le raï de Cheb Bello fait pleurer les Algériens

ADVERTISEMENT
Le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune

L’hospitalisation du chef de l’Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune, évacué en Allemagne pour un traitement de la maladie à Coronavirus, est durement vécue par les Algériens, au point que certains d’entre eux ont tenu à exprimer leur chagrin.

Cheb Bello

« Abdelmadjid Tebboune me manque ». Tout naturellement, le chef de l’Etat algérien manque à ses compatriotes qu’il a laissés au pays depuis le 28 octobre dernier, alors qu’il prenait les airs pour se rendre en Allemagne où le dirigeant devait être soigné suite à une infection à la maladie à Coronavirus.

L’opportunité a été saisie par le chanteur Cheb Bello qui, le mardi 17 novembre, a dévoilé sa nouvelle chanson dans laquelle l’auteur, évoquant le Coronavirus, a ouvert son cœur et partagé ce qu’il ressentait. Outre le clin d’œil fait aux Algériens bloqués à l’étranger du fait des restrictions liées à la pandémie, l’auteur a une pensée pieuse pour le Président Tebboune.

C’est ce qu’a indiqué le journal Dzairdaily, dans son édition de ce mercredi 18 octobre 2020, soulignant que l’extrait musical en question s’intitule « Ya khoti rani meghboun », qui signifie « Mes frères, je suis chagriné ». Résultat d’une collaboration entre Cheb Bello et l’artiste musical Dj Moulay, la chanson, a drainé les Algériens qui ont envahi les réseaux sociaux.

« Le Coronavirus ne veut plus nous quitter… Mes frères, je suis chagriné, Abdelmadjid Tebboune me manque », a chanté Cheb Bello, dont, toujours selon le journal algérien, les paroles collent bien à la mélodie. Une chanson au cœur de l’actualité, et qui n’a pas manqué d’émouvoir les Algériens qui ont une pensée pour leur chef d’Etat.

ADVERTISEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.